Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles
Les carcasses de 12 baleines noires ont été découvertes cette année dans le golfe du Saint-Laurent. Quatre sont mortes après avoir été heurtées par des navires, et deux après s’être empêtrées dans des filets de pêche.

On sait pourquoi les baleines noires meurent

chargement de la vidéo...

Trouver votre prévision

    Jeudi 7 décembre 2017 à 10 h 52 - Une nouvelle étude confirme ce que les scientifiques soupçonnaient depuis la mort prématurée de 16 baleines noires cette année dans l'Atlantique Nord : leur habitat n'est plus le même qu'auparavant.


    À lire également : Une belle surprise blanche se prépare


    Les scientifiques ont recueilli des données obtenues par des microphones sous-marins après avoir constaté la disparition des baleines du plateau néo-écossais, au sud de la province, et dans d’autres zones qu’elles fréquentaient.

    L’étude, publiée dans Nature Scientific Reports, est basée sur les appels des baleines noires, un son distinctif qui permet à ces mammifères marins de demeurer en contact avec leurs congénères. Ces données recueillies par 19 organisations pour différentes études de 2004 à 2014 ont permis de circonscrire les lieux fréquentés par les cétacés, explique Genevieve Davis, chercheuse au Northeast Fisheries Science Center, à Woods Hole, au Massachusetts, et auteure de l’étude.

    L’étude démontre un déplacement à partir de 2010 des baleines noires. Elles ont migré de la baie de Fundy et du golfe du Maine pour aller vers la région médio-atlantique et le golfe du Saint-Laurent.

    Ce changement d’habitat serait la raison de leur décès. Cette année, les carcasses de 12 baleines noires ont été découvertes dans le golfe. Quatre sont mortes après avoir été heurtées par des navires, et deux après s’être empêtrées dans des filets de pêche.

    Comme on vous le précisait, le 25 novembre, la Garde côtière canadienne a donné plus de 250 avertissements, en seulement 3 mois, à des navires qui excédaient la vitesse maximale. Cette vitesse avait été descendue à 10 nœuds, soit 18,5 km/h, dans une vaste zone du golfe, suite à un plan d’urgence appliqué le 11 août dernier par Pêche et Océans et Transport Canada. Le gouvernement fédéral devra faire face à un dilemme dans les années à venir : entre protéger une espèce en voie de disparition d’une part, et protéger le tourisme de la région qui a beaucoup souffert des dernières mesures drastiques.

    Source : Radio-Canada.

    À voir également : Une nouvelle baleine noire retrouvée morte

    Comment les volcans peuvent-ils refroidir le climat ?
    Novembre a adouci un automne de feu
    Default saved
    Close

    Chercher un endroit

    Close

    Connexion

    S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité