Expired Nouvelles - Maria n'est (enfin) plus un ouragan, Lee prend la relève - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Les explications d'Émilie Aubry.
ACTIVITÉ TROPICALE

Maria n'est (enfin) plus un ouragan, Lee prend la relève


MétéoMédia
La rédaction

Mercredi 27 septembre 2017 à 11 h 26 - Maria n'est plus aussi dangereuse qu'elle l'était, mais un risque subsiste pour certains américains d'être sur sa trajectoire. Pendant ce temps, Lee est redevenu un ouragan.


À lire également : Porto Rico après Maria : « Des milliers de personnes pourraient mourir »


LES POINTS À RETENIR :

  • Maria se déplace vers le nord après avoir dévasté la Dominique, Porto Rico, les îles Turques-et-Caïques;
  • Maria a rétrogradé en tempête tropicale devrait perdre en intensité graduellement; 
  • Au moins 33 personnes sont décédées, dont 15 en Dominique et 13 à Porto Rico;
  • Les dégâts matériels sont considérables dans toutes les îles impactées;
  • La tempête tropicale Lee est redevenue un ouragan de catégorie 2 avec des vents soutenus supérieurs à ceux de Maria.

Mise à jour mercredi matin : Maria affecte toujours certains secteurs de Caroline du Nord. Elle pourrait avoir un impact sur la Nouvelle-Écosse en alimentant en humidité un front froid, et en amenant 40 millimètres de pluie localement, jeudi. Lee se renforce toujours, loin des côtes.

Mise à jour mardi après-midi : Maria a rétrogradé en tempête tropicale et ne devrait pas revenir au stade d'ouragan. Pendant ce temps, Lee continue de se renforcer hors des terres, avec des vents soutenus de 175 km/h, d'après le bulletin du Centre national des ouragans (NHC).

Mise à jour mardi matin : Rafales de 90 km/h, 75 à 100 millimètres de pluie…Maria continue d’affecter certains secteurs côtiers de la Caroline du Nord et de la Virginie. L’ouragan de catégorie 1 se déplace toujours vers le nord, avec des vents soutenus de 120 km/h. Et il y a toujours un autre ouragan en activité dans l’Atlantique : Lee. Même s’il se déplace avec des vents soutenus de 165 km/h, indique le NHC dans son bulletin de 11 heures, l’ouragan de catégorie 2 n’affecte pas les côtes. Il se situe à 1090 kilomètres à l’est des Bermudes et ne devrait toucher aucun secteur côtier.

Mise à jour lundi matin : Il y a, à nouveau, deux ouragans dans l’océan atlantique. Maria, en catégorie 1 et des vents à 130 km/h, et Lee, aussi en catégorie 1 mais avec des vents de 150 km/h. Ce dernier d’affectera personne et devrait mourir dans l’Atlantique rapidement. 

Maria, en revanche, semble vouloir frapper les États-Unis coûte que coûte avant sa fin. Ce sont la Virginie et la Caroline du Nord qui devraient subir le plus d’impact. On attend des vents forts (mais pas aussi destructeurs qu’Irma ou que Maria d’il y a quelques jours) des courants d’arrachement et des ondes de tempête.


Mise à jour dimanche soir : Maria avance toujours vers le nord, « en parallèle » à la côte est des États-Unis, indique le Centre national des ouragans des États-Unis (NHC) dans son bulletin de 17 heures. Ses vents soutenus soufflent parfois à 165 km/h. L’ouragan se trouve désormais à 685 kilomètres au sud-sud-est du cap Hatteras, en Caroline du Nord. Maria pourrait pourrait toucher le cap Hatteras et les îles voisines avec des rafales qui pourraient dépasser les 100 km/h  et 100 à 200 millimètres de précipitations, mercredi. L’intensité de la houle générée par l’ouragan augmente sur la côte sud-est des États-Unis et les vagues atteignent les deux à trois mètres.

Mise à jour dimanche matin : Maria est redescendue en catégorie 2 avec des vents avoisinants les 175 km/h. Elle se déplace très lentement en direction de la côte est américaine. Les prévisions de trajectoires s’accordent toutes sur le fait qu’elle n’aura que très peu d’impact.

La seule région qui serait un peu affectée serait Cap Hatteras, en Caroline du Nord, jeudi. Il pourrait recevoir un maximum de 100 mm de pluie et des vents autour de 75 km/h.

Sa trajectoire est perturbée par plusieurs facteurs météorologiques. Un anticyclone situé au-dessus des États-Unis et du sud du Québec et de l’Ontario, les restes de José au large de la Nouvelle-Angleterre et enfin l’Anticyclone des Bermudes.


Mise à jour samedi soir : Il n’y a plus d’avertissement ou d’alerte lié aux impacts de Maria sur les côtes, indique le Centre national des ouragans des États-Unis (NHC) dans son bulletin de 17 heures, samedi. Toutefois, les habitants des côtes de Caroline du Nord et de la région Mid-Atlantic doivent surveiller l’évolution de Maria. Il est toujours un ouragan de catégorie 3, avec des vents soutenus qui soufflent parfois à 185 km/h. Maria évolue à 1030 kilomètres au sud-sud-est du cap Hatteras, tout à l’est de la Caroline du Nord. Le NHC alerte tout de même sur la houle générée par Maria, qui augmente dans certains secteurs du sud-est des États-Unis et des Bermudes. Cette houle affecte toujours Porto Rico, les Îles Vierges, la côte nord d’Haïti et de la République dominicaine, les îles Turques-et-Caïques, et les Bahamas. La situation est toujours critique à Porto Rico, où une grande partie du territoire est toujours privée de courant, selon CNN. Dont les villes, où il n’y a plus d’eau courante, d’essence ou de réseau téléphonique, rapporte le Guardian.

Mise à jour samedi matin : L'ouragan Maria a frappé de son œil les îles Turques-et-Caïques et aura aussi déposé plus de 1000 mm de pluie sur Porto Rico. Maria devrait, à la faveur des eaux plus froides de l'Atlantique, va perdre en intensité et devrait perdre sa catégorie d'ouragan majeur. Le cône d'incertitude de sa trajectoire inclue un rapprochement du système vers la côte est américaine.


17 H 15 : La dévastation apportée par Maria à Porto Rico ne laisse aucun répit à la population : un barrage menace de céder sous la pression de l'eau vendredi en début d'après-midi dans le nord-ouest de l'île. Une évacuation de masse a eu lieu immédiatement après qu'une alerte de crue subite ait été donnée, dans une zone en aval de la rivière Guajataca où vivent plus de 70 000 personnes. « Rejoignez un lieu élevé immédiatement ! C'est une situation extrêmement dangereuse et potentiellement mortelle. Agissez rapidement pour protéger votre vie » , a communiqué le Service national météorologique américain. Pendant ce temps, les pluies torrentielles continuent de s'abattre sur l'île à mesuer que l'ouragan s'éloigne de ses côtes.

Mise à jour vendredi matin : Maria est maintenant au-dessus des îles Turks et Caicos, et sur le point de frapper quelques îles des Bahamas. 200 mm de pluie sont prévus, sans compter des vents avoisinant les 200 km/h.

Porto Rico est toujours inondé est pourrait encore recevoir 100 mm de pluie.


15 h 15 : Au moins quinze personnes sont mortes en Dominique, d'après le Premier ministre de l'île, Roosevelt Skerrit, qui a réhaussé jeudi son premier bilan communiqué hier. Le bilan total, encore provisoire, monte ainsi à 18 victimes (deux en Guadeloupe et une à Porto Rico). Donald Trump a déclaré l'état de catastrophe naturelle pour Porto Rico ce matin, en décrivant que le territoire est « absolument anéanti ». 

L'ouragan n'a pas touché terre en République dominicaine, mais des vents de près de 160 km/h ont soufflé sur la côte nord-est de l'île, où se situe notamment Punta Cana. Plus de 130 000 foyers dominicains ont été privés d'électricité. Désormais, Maria prend une trajectoire plus au nord, toujours en catégorie 3 (vents soutenus de 195 km/h). Les Bahamas du sud et les îles Turques-et-Caïques sont les derniers territoires concernés par le système, qui devrait s'affaiblir puis disparaître en mer au cours de la semaine prochaine.

Jeudi à 7 heures : Maria est repassée en catégorie 3, à la faveur des eaux chaudes des Caraïbes. Ses vents soutenus avoisinent les 185 km/h. 

Les pluies incessantes que cet ouragan apporte restent importantes : encore 200 mm sont prévus de tomber sur Punta Cana, au moins 300 mm sur les îles Turks et Caicos (les prochains sur la trajectoire de Maria, et encore 100 mm sur Porto Rico (qui en a déjà reçu près de 600 au moment de l’impact du système). À Porto Rico, 100 % de l'île est privée d'électricité.

Un autre grand danger, c’est celui des vagues de 5 à 7 mètres de hauteur qui déferlent sur les côtes des différentes îles tropicales du bassin atlantique. 

Pendant ce temps, Jose refuse de mourir au large et continue d’apporter des vagues de deux mètres de hauteur sur la Nouvelle-Angleterre ainsi que des courants d’arrachement importants jusque sur les côtes de la Virginie.


Rappelons que la saison des ouragans n'est pas finie et que 2017 est sans aucun doute une année de records :


19 heures : Maria a rétrogradé en catégorie 2 (vents de 175 km/h) et poursuit son chemin vers les îles britanniques Turques-et-Caïques ainsi que la République dominicaine, qui devrait être le dernier territoire affecté par l'ouragan, jeudi. Pendant ce temps, le déluge perdure à Porto Rico. Jusqu'à 500 mm de pluie étaient attendus au total sur l'île américaine, qui a subi dans le même temps des marées de tempête : des crues subites catastrophiques sont ainsi en cours et pourraient être plus mortelles que les vents précédents.

Le gouverneur de Porto Rico a demandé à son président Donald Trump que l'île soit déclarée zone de désastre (Porto Rico est un territoire américain qui dispose de son propre gouvernement). Il y a deux semaines, l'ouragan Irma avait déjà laissé un million de personnes hors du réseau électrique et affaibli la capacité de résistance des bâtiments. 

14 h 50 : Les 3,5 millions de résidents de Porto Rico sont privés d'électricité. L'île n'avait pas été frappée par un ouragan aussi puissant depuis 1928. « La vie telle que nous la connaissions a changé », a affirmé la maire de la capitale San Juan, dans un journal national. Son message est révélateur de l'ampleur du désastre qui affecte Porto Rico. L'oeil de Maria a désormais quitté l'île et pourrait à présent toucher les îles Turques-et-Caïques. Alors que les vents s'éloignent, le danger principal à Porto Rico réside maintenant dans les fortes pluies qui continuent de s'abattre.

11 h 20 : L'oeil de Maria approche désormais de la côte nord de Porto Rico avec des vents soutenus soufflant à parfois 220 km / h. Des « vents destructeurs » et des inondations frappent toujours plusieurs secteurs de l'île, selon le NHC.

8 h 36 : L'oeil de Maria est toujours sur l'est de Porto Rico. Au maximum, les vents soutenus atteignent les 240 km / h. Des bâtiments sont déjà endommagés et des inondations se produisent déjà, annonce le gouverneur, qui prévient que le pire reste encore à venir. Le Service national de météo des États-Unis (NWS) a émis des avertissements de crues subites pour de nombreux secteurs de l'est de l'île.

7 h 41 : Une rafale de 182 km / h a été enregistrée à San Juan. La capitale de l'île est balayée par des vents soutenus de 104 km / h. Plus de 389 000 habitants vivent dans la principale ville du territoire.

7 h 07 : Sept personnes ont perdu la vie après le passage de Maria sur la Dominique, ont confirmé les autorités locales. Roosevelt Skerrit, le Premier ministre, a indiqué craindre que ce chiffre n'augmente. Une personne est décédée en Guadeloupe, du fait de la chute d'un arbre, indique le préfet sur Twitter. Et deux personnes sont portées disparues après un naufrage.

6 h 42 : Maria a touché terre au sud-est de Porto Rico, selon le NHC, près de Yabucoa. Une rafale de 132 km / h a été enregistrée là, et l'endroit est balayé par des vents soutenus de 96 km / h. Il se trouve désormais à 55 kilomètres de la grande ville de San Juan. Il a été rétrogradé en catégorie 4.

5 h 41 : Dans la nuit, Maria a balayé l’île de Sainte-Croix, territoire le plus au sud des Iles Vierges Américaines. Les 50 000 habitants de l’île ont été épargnés par l’œil de Maria, qui est passé plus au sud, rapporte le Guardian. L’ouragan se trouve désormais à 75 kilomètres au sud-est de San Juan, à Porto Rico, île vers laquelle il avance toujours. Maria devrait toucher terre « d’ici deux heures, indique le Centre national des ouragans des États-Unis (NHC) dans son dernier bulletin, publié à 5 heures. Avec des vents soutenus de parfois 250 km / h, « Maria est un ouragan de catégorie 4 extrêmement dangereux », poursuit le NHC.

19 h 35 : Maria s'est encore renforcée mardi soir et développe désormais des vents de 280 km/h. Sa pression atmosphérique de 909 hPa est extrêmement basse (parmi les dix plus basses jamais enregistrées dans un ouragan !), ce qui donne plus d'influx aux vents. La Dominique est toujours coupée du monde, aucun bilan humain n'a pu y être établi pour l'heure. Porto Rico est en état d'alerte maximale : le tant redouté oeil de l'ouragan doit traverser l'île mercredi.

17 heures : Maria s'approche des ïles Vierges américaines et britanniques qui devrient être frôlées par l'oeil. Les pluies et les vents s'y renforcent d'heure en heure. Un hôtel situé sur l'île américaine Sainte-Croix diffuse en direct l'arrivée de l'ouragan :

Maria se renforce encore et souffle désormais des vents de 270 km/h. Il se déplace en direction nord-ouest à 17 km/h. Ces données sont obtenues par des équipes scientifiques à bord d'avions qui traversent l'ouragan jusqu'à son oeil.

15 h 05 : L'ouragan Maria n'a jamais été aussi puissant. À 15 heures, il maintenait des vents soutenus de 265 km/h pour une pression atmosphérique de 920 hPa.

14 heures : Air Transat a lancé « une opération visant à évacuer tous ses passagers de République dominicaine en envoyant un total de huit appareils vers Punta Cana, Puerto Plata et Samana », a communiqué le transporteur aérien mardi. « Tous les appareils devraient arriver en République dominicaine en soirée aujourd’hui et en avant-midi demain. La procédure d’évacuation s’applique peu importe la date de retour indiquée sur le billet », précise la note. Le nord-est de la République dominicaine devrait être touchée par l'oeil de l'ouragan mercredi, d'après les dernières prévisions.

13 h 10 : Lîle Dominique « a perdu tout ce qui pouvait être perdu », a déclaré mardi matin le Premier ministre Roosevelt Skerrit sur Facebook, en indiquant son inquiétude quant à de probables glissements de terrains à la suite des fortes pluies au passage de Maria. « Les vents ont soufflé les toits de presque toutes les personnes à qui j'ai parlé », a-t-il ajouté. Aucun bilan humain n'a encore été dressé, sur cette île où vivent 72 000 personnes.

Une personne a été retrouvée morte et deux autres sont portées disparues en Guadeloupe, une île frôlée par l'oeil de Maria. 40 % de l'île est privée d'électricité.

Le point, en vidéo, sur la trajectoire de Maria.

11 h 33 : Les vents d'Irma soufflent toujours à une vitesse soutenue de parfois 260 km/h, indique le NHC dans son dernier bulletin. Il se trouve désormais à 180 kilomètres à l'ouest de la Guadeloupe. Maria est toujours un ouragan de catégorie 5. Et toujours « potentiellement catastrophique », selon les mots du NHC.

10 h 18 : « C’est un moment de grand danger pour Porto Rico », a déclaré Ricardo Rosselló, le gouverneur, alors que Maria se dirige vers l’île. Autre territoire sur la trajectoire d’Irma, les Iles Vierges Américaines. Le gouverneur Kenneth Mapp a annoncé que « des habitants n’auront plus d’électricité pendant des mois ».

7 h 46 : Un résumé, en vidéo, des précipitations amenées par Maria :

7 h 04 : Le point sur les dernières prévisions. Maria se déplace toujours vers l'ouest avec des vents de parfois 260 km/h. Il se dirige vers Porto Rico, qui devrait être touché par ce qui serait alors un ouragan majeur mercredi après-midi. Et serait le second ouragan de catégorie 5 à frapper Porto Rico. Maria pourrait amener 400 millimètres de pluie sur Porto Rico. L'est et le nord-est de la République Dominicaine pourraient être touchés par 200 à 300 millimètres de précipitations et des vents de 150 km/h.

6 h 04 : Maria est repassé en catégorie 5. « Il est nécessaire de rester confiné », dit le préfet de Guadeloupe.

5 h 05 : L'ouragan se déplace toujours avec des vents soutenus de parfois 250 km/h, précise le NHC dans son bulletin de 5 heures. « Maria devrait rester un ouragan de catégorie 4 ou 5 extrêmement dangereux alors qu’il se rapproche de Porto Rico et des Iles Vierges », indique le Centre national des ouragans des États-Unis (NHC).

4 h 48 : Maria a touché terre lundi soir en Dominique, balayant le pays avec des vents soutenus des vents de 260 km / h. L’île a été « dévastée », a lâché le Premier ministre.

« Nous avons perdu tout ce que l’argent peut acheter et remplacer », a ajouté Roosevelt Skerrit dans un message publié sur Facebook. Maria a frappé l’île pendant près de 2h30 en catégorie 5. Et il est encore difficile, mardi matin, de faire le point sur les dégâts sur place.

« Nous attendons que le jour se lève pour évaluer les dégâts », a poursuivi le Premier ministre au micro de CNN. Depuis, Maria a été rétrogradé en catégorie 4. L’ouragan a également touché la Martinique. Mais l’œil est passé à 50 kilomètres au nord des côtes, selon Météo-France. Très tôt mardi matin, la Guadeloupe subissait les effets de l’ouragan.

Les vents atteignent toujours 180 km/h, les rafales parfois 200 km/h, dans les Saintes et Basse-Terre.

« Il est difficile de faire le point à l’heure actuelle. Il y a des inondations et des toitures envolées, dont celles de certaines casernes de pompiers. Il y en a encore pour plusieurs heures. Il faut rester chez soi », a indiqué Éric Maire, le préfet de Guadeloupe, à la chaîne de télévision la 1ère. Maria poursuit sa route en direction de Porto Rico, où l’état d’urgence a été déclaré en prévision de l’arrivée de l’ouragan.

Mardi matin

Lundi

Maria s'est renforcé en catégorie 5 lundi soir, ce qui en fait le deuxième ouragan de cette catégorie en 2017, après Irma. C'est la première fois que deux ouragans aussi puissants se construisent dans la même année depuis 2007. Le Centre national des ouragans américain (NHC) l'a déclaré « potentiellement catastrophique » à la suite de son intensification extraordinairement rapide. Dimanche, Maria n'était encore qu'une tempête tropicale avec des vents inférieurs à 70 km/h.

L'activité tropicale dans l'Atlantique est encore très élevée, comme le montre cette image satellite publiée ce lundi.

À 17 heures, il se situait à 70 kilomètres de l'île Dominique, au sud de la Guadeloupe. Dans les heures qui suivent, cette île devrait passer dans l'oeil, donc en souffrir les pires conséquences. Des quantités de pluie très importantes sont associées à Maria, un facteur aggravant. Porto Rico pourrait être affecté dès mercredi par celui qui serait devenu un ouragan majeur après avoir traversé les Petites Antilles, avec des vents autour de 260 km/h. Car toutes les conditions sont réunies pour que l’ouragan s’intensifie encore : faible cisaillement vertical des vents, eau très chaude à 29,5°C, atmosphère très humide.

Alors, plusieurs territoires se préparent et beaucoup ont déjà été placés en alerte. Selon le Centre national des ouragans des États-Unis, la Guadeloupe, la République dominicaine, Saint-Kitts-et-Nevis, Montserrat, Les Îles Vierges britanniques et américaines, Porto Rico, Culebra et Vieques ont été placés en avertissement d’ouragan. La Martinique a quant à elle été placée en avertissement de tempête tropicale. 450 abris pouvant accueillir près de 68 000 personnes ont été préparés à Porto Rico, a annoncé le gouverneur Ricardo Rossello. En République dominicaine, les autorités ont recommandé aux personnes habitant les zones inondables à évacuer. Dans un message publié sur Facebook, le préfet de la Martinique « alerte la population et recommande la plus grande vigilance aux personnes résidant près des côtes et aux professionnels de la mer ». Celui de la Guadeloupe a notamment recommandé aux habitants de préparer les habitations, d’effectuer les derniers achats pour acquérir une autonomie de plusieurs jours et d’évacuer les habitations situées en zone inondable, rapporte le journal France-Antilles.

À VOIR ÉGALEMENT : Il y a 30 ans, le Protocole de Montréal sauvait la couche d'ozone

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité