ExpiredNouvelles - Janvier : le 3e plus chaud de l’histoire - MétéoMédia

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles
Le mois de janvier a été le troisième plus chaud dans le monde depuis 137 ans, selon la NOAA et la NASA.
CLIMAT MONDE

Janvier : le 3e plus chaud de l’histoire

chargement de la vidéo...

Joey Olivier
Rédacteur Web - MétéoMédia

Vendredi 17 février 2017 à 11 h 33 - Le mois de janvier a été le troisième plus chaud dans le monde depuis 137 ans, selon la NOAA et la NASA. Le premier mois de l’année 2017 a également été marqué par des extrêmes de chaleur dans une partie de l’Amérique du Nord ainsi qu’un niveau record des glaces des deux côtés de la planète.


À lire également : La Niña s’en va, El Niño revient?


L’Agence d’étude océanique et atmosphérique (NOAA) a enregistré une moyenne supérieure de 0,88 °C à la moyenne du 20e siècle, tandis que la NASA a calculé une différence de 0,95 °C. À première vue, les deux organismes n’obtiennent pas le même écart, mais ceci s’explique par une méthode différente d’établir les moyennes. En fin de compte, la conclusion est la même : janvier 2017 a été le troisième plus chaud depuis que les données sont compilées, derrière les mois de janvier 2007 et 2016.

Sur cette carte de la NOAA, on voit les zones où les températures ont été plus élevées que la moyenne (en rouge) ainsi que les anomalies négatives (en bleu).

Concentration de chaleur au nord

Un des faits marquants du mois dernier a été la concentration d’air plus chaud que la normale dans le nord du globe. Comme on peut le voir sur cette carte, on a observé une concentration intense de chaleur dans le nord et l’est de l’Amérique du Nord (dont au Québec et en Ontario), ainsi qu’en Sibérie.

Le Canada a subi les impacts directs de ce contexte, alors que la Colombie-Britannique a connu des chutes de neige importantes, pendant que le Québec ne connaissait aucune vague de froid intense.

Selon la NOAA et le Rutgers Global Snow Lab, la couverture de neige a été la sixième plus étendue depuis 50 ans dans l’hémisphère Nord. Le niveau de glaciation a été très affecté par cette chaleur.

En Arctique, l’expansion des glaces a été 8,6 % sous la moyenne de 1981 à 2010, ce qui s’avère être la plus petite expansion depuis que les données sont compilées par satellite (1979). En Antarctique, l’expansion de la glace a été 22,8 % sous la moyenne pour la même période.

Sources : Scott Sutherland | NOAA | NASA

Les glaciers canadiens fondent dix fois plus vite qu’en 2005
L’Aperçu du printemps en préparation. Voici 4 indices.
La Niña s’en va, El Niño revient?

Laisser un Commentaire

Que pensez-vous de cette question? Participez à la conversation.
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité