Expired Nouvelles - Des tempêtes de neige qui sèment le chaos - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Les tempêtes du chaos

Des tempêtes de neige qui sèment le chaos


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Mardi 22 décembre 2015 à 8 h 53 -

Certaines tempêtes de neige sont si puissantes qu’elles peuvent paralyser des villes et causer des dommages de plusieurs millions de dollars.

 À lire également : les étapes de l'hiverHiver en chiffres | L'hiver en 3 tempêtes


« L’intensité du phénomène est fondamentale. Au cours d’une tempête, il y a une période de 6 à 8 heures avec l’essentiel de la neige qui tombe. On parle de neige forte lorsqu’on enregistre des accumulations de 3 à 5 cm à l’heure », explique Réjean Ouimet de MétéoMédia. 

Autopsie de la tempête du siècle 
Par exemple, le 4 mars 1971, le sud du Québec, les provinces de l'Atlantique et le nord-est américain sont frappés de plein fouet par ce que l’on appelle désormais la « tempête du siècle ». 
Le mélange explosif de la neige et de la poudrerie ont paralysé la région de Montréal, où il est tombé près de 50 cm de neige. Le bilan de 1971 est majeur. Près de 20 personnes sont décédées en raison de ce phénomène météo extrême dans la métropole. 
Certaines résidences ont été privées d’électricité pendant dix jours. Cette neige est poussée par de puissants vents soufflant jusqu’à 110 km/h, qui élèvent des bancs de neige jusqu’au deuxième étage des maisons et brisent des poteaux électriques.
« Les prévisions météorologiques et la diffusion de l’information n’étaient pas aussi bien développées que de nos jours. Plusieurs personnes seront prisonnières au travail.  Il y avait également un conflit de travail à la ville de Montréal ce qui a contribué à la paralysie de la ville », ajoute M.Ouimet. 

Après la tempête du siècle en mars 1971

Photo prise au lendemain de la tempête de 1971.

Bombe météo
En mars 2014, les provinces de l’est du Canada ont été victimes d’une bombe météo, qui a laissé plus de 40 cm de neige à Moncton et plus de 30 cm dans le secteur des Îles-de-la-Madeleine.


EN VIDÉO : DES TEMPÊTES ÉPIQUES :

Une autre tempête du siècle ?

Une autre tempête a paralysé les routes de la province le 27 décembre 2012. Montréal a enregistré un record absolu de neige tombée en 24 heures, soit 45 cm.

Quelques segments des autoroutes 10, 20, 30 et 40 ont été fermés, ainsi que de nombreuses routes secondaires. Des centaines de sorties de route et d’accidents ont été répertoriées. Un important carambolage impliquant au moins 12 véhicules a paralysé l’autoroute 20 Ouest à la hauteur de Saint-Hyacinthe et un autre a impliqué 15 automobiles sur la 40 à la hauteur de Saint-Cuthbert.

« Aussitôt qu’il y a des vents de plus de 50 km/h qui accompagnent la neige, ils contribuent généralement à semer le chaos », conclut Réjean Ouimet. 


Le 27 décembre 2012, la ville de Montréal a été paralysée par une tempête de neige comparable à la tempête du siècle de 1971. (Photo : Reda Amaaou)

En  2008 , la ville de Gaspé a reçu  126 cm  de neige en raison d’une  succession de tempêtes . Ce mois-là, une de ces tempêtes avait forcé l’annulation de plusieurs vols à l’aéroport de Montréal, en plus de causer le report des célébrations d’ouverture du Carnaval de Québec.
La tempête de l’armée à Toronto
Ailleurs au Canada, la série de tempêtes de neige qui a eu lieu en 1999 à Toronto trône au sommet des archives. Au début de janvier, il est tombé jusqu’à 40 cm de neige dans le sud de l’Ontario, ce qui a affecté plus de cinq millions de résidents, de Windsor jusqu’à Kingston.
Au centre-ville de Toronto, on avait alors enregistré les plus importantes chutes de neige pour un mois de janvier (118,4 cm).  Le maire de Toronto avait demandé l’aide de l'armée. La présence de centaines de militaires pour affronter la neige a marqué l’imaginaire des gens. 

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité