Expired Nouvelles - Il y a un an, ce dérapage faisait le tour du monde - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

DÉNEIGEMENT | MONTRÉAL

Il y a un an, ce dérapage faisait le tour du monde


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Mardi 5 décembre 2017 à 14 h 43 - Il y a un an, le 5 décembre 2016, une série de dérapages sur la Côte du Beaver Hall, au centre-ville de Montréal, faisait le tour du monde dans une vidéo virale. Encore aujourd’hui, elle continue de hanter la Ville de Montréal. Est-ce qu’on peut garantir aux citoyens que les équipes de déneigement seront capables d’éviter une situation aussi dangereuse cet hiver? Voici la réponse.


À lire également : Voici les pires dérapages de l'hiver dernier


« Malheureusement, on ne peut pas promettre que ça n’arrivera plus. On le souhaiterait. Mais ce qui est arrivé sur Beaver Hall l’année passée, on se rappelle, personne ne l’avait prévu. C’est un cocktail météo qui est arrivé, qui nous a pris dans le détour. On avait eu le temps quand même de faire -l’épandange- sur la moitié de la pente, mais ce n’est pas suffisant. La Ville de Montréal aurait dû faire la pente des deux côtés de Beaver Hall. C’est ce qui sera fait », a déclaré Philippe Sabourin, porte-parole pour la Ville de Montréal, en entrevue à MétéoMédia.

Rappelons que la vidéo originale, publiée sur la page Facebook de Willem Shepherd, a été vue plus de 26 millions de fois. La série de collisions a eu lieu en plein jour au centre-ville de Montréal. Pourtant, seulement 4 cm de neige étaient tombés au moment où les autobus, les véhicules (dont un de la Ville de Montréal) et même une voiture de police sont entrés en collision les uns après les autres. Une petite couche de glace s’est fort probablement formée sous la couche de neige, aggravant le manque d'adhérence.

Quant à la vidéo, elle a fait ressortir le manque d’entretien évident de la part de la Ville dans un contexte hivernal courant au Québec. M. Sabourin promet que les secteurs de Ville-Marie, particulièrement, et Côte-des-Neiges, seront sous la loupe en raison des nombreuses pentes « sitôt qu’on entend parler d’une précipitation verglaçante, on travaille en prévention ».




S’adapter aux précipitations mixtes

Un des enjeux hivernaux concrets des changements climatiques au Québec est l’augmentation des précipitations mixtes (cocktail météo, verglas, grésil, etc.) lors des hivers plus doux.

En fait, plus les températures restent autour du point de congélation durant la saison froide, plus la probabilité de voir des mélanges de précipitations augmente. C’est exactement ce qui s’est produit l’hiver dernier dans la métropole.

« L’année dernière, statistiquement parlant, on a eu deux fois plus d’épisodes de gel et dégel que dans les années antérieures. Alors oui, on a là une expertise à développer », ajoute M.Sabourin.

Déneigement et déglaçage en bref :

  • À partir d’une chute de 10 à 15 cm de neige, les opérations de chargement de la neige sont déclenchées. Lors d’une tempête de 20 cm, les autorités prévoient un délai de 96 heures pour disposer de la neige.
  • En moyenne, Montréal procède à 5 opérations de chargement de neige durant un hiver.
  • Les opérations de déneigement sont commencées sur les artères principales à partir de 2,5 cm et à 5 cm dans les rues secondaires. La flotte de déneigement comprend 1000 appareils avec autant d’employés.
  • Une tempête de neige (20 cm) coûte en moyenne 17 millions de dollars à la Ville.


À VOIR ÉGALEMENT : L'HIVER NE SERA PAS REPOSANT! APERÇU ICI :




Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité