Expired Nouvelles - Les hivers québécois plus jamais les mêmes - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Les débuts d’hiver au Québec ne sont plus ce qu’ils étaient. Explications ici.
EXCLUSIF MÉTÉOMÉDIA

Les hivers québécois plus jamais les mêmes


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Lundi 6 novembre 2017 à 8 h 51 - Les débuts d’hiver au Québec ne sont plus ce qu’ils étaient. Selon des données compilées par notre service de météorologie, les conditions hivernales ont tendance à s’installer deux semaines plus tard depuis 100 ans.


Ne manquez pas la diffusion de l’Aperçu de l’hiver le lundi 20 novembre, dès 6 h. Posez vos questions à nos experts en direct sur Facebook, le mardi 21 novembre, dès 18 h.


Pour en arriver à cette conclusion, Réjean Ouimet, expert à MétéoMédia, a comparé deux tranches de 40 ans, soit la période de 1871 à 1910 avec celle de 1971 à 2010.

Le principal critère retenu est la neige au sol (plus de 2 cm), la période moyenne où les températures sont sous 0 °C et la première bordée de neige.

« La tendance se confirme : les océans sont plus chauds, le nord est plus chaud, les automnes sont plus chauds, donc ceci fait en sorte que nos hivers écopent au début et à la fin. Non seulement ils sont moins froids, ils sont moins longs et ils commencent à reculons », commente-t-il.

Selon son analyse, l’hiver qui démarrait autour du 29 novembre au début des années 1900 dans le sud du Québec a été décalé au 12 décembre durant la tranche de 1971 à 2010.

Et ce réchauffement est loin de s’être atténué depuis le début du nouveau millénaire. Depuis 2000, seulement trois automnes n’ont pas été au-dessus des normales à Montréal.

Cette situation a un impact inévitable sur l’installation de l’hiver. Ce contexte a des répercussions jusqu’à Noël.

« Il y a 100 ans, on connaissait trois Noëls verts sur une période de 40 ans. Aujourd’hui, cette fréquence est passée à neuf Noëls verts sur 40 ans », mentionne Réjean Ouimet.

HIVER DÉCALÉ EN CHIFFRES :

  • Depuis 2000, seulement trois automnes n’ont pas été au-dessus de la normale à Montréal
  • À Québec, la saison hivernale s’installe 5 jours plus tard qu’il y a 100 ans
  • À Gaspé, on a noté un décalage d’une semaine entre 1970 et 2010

Le début comme la fin

À l’instar des débuts, les finales de l’hiver respectent la même logique. Depuis 1941, lorsque les hivers ont été doux, les mois de mars sont restés doux à 27 reprises, tandis qu’ils ont été plus froids à 17 reprises.

« Cette statistique va à l’encontre de la croyance populaire qui veut qu’un hiver doux soit toujours « rattrapé » par un mois de mars très froid », souligne Réjean Ouimet.

Au chapitre de la neige au sol, de 1881 à 1910, elle disparaissait en moyenne le 8 avril à Montréal. Depuis 2000, cette date a été devancée au 23 mars, soit 16 jours plus tôt.

À VOIR AUSSI : LES TROIS PIRES TEMPÊTES AU QUÉBEC :

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité