Expired Nouvelles - Si le mois d’octobre est froid, l’hiver sera… - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

EXCLUSIF

Si le mois d’octobre est froid, l’hiver sera…


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Jeudi 1 novembre 2018 à 8 h 21 - Le froid hâtif et la neige précoce en octobre vont souvent mettre la table en vue de l’installation de l'hiver. Notre équipe s’est donc posé la question suivante : si le mois d’octobre a des allures hivernales, est-ce un signe évident que l’hiver suivant sera très corsé? Voici ce que disent les chiffres interprétés par Réjean Ouimet, expert à MétéoMédia.


À lire également : Le début de l'hiver ne tourne pas rond


D’abord, un petit mot sur l’allure du mois d’octobre cette année (2018). Oui, le choc a été très brutal entre le mois de septembre -très chaud- et le mois d’octobre. 

« On vit un phénomène étonnant cet automne. Au cours des dernières années, l’installation du froid et de la neige a eu tendance à se produire plus tardivement que hâtivement. C’est l’inverse en 2018 », indique Réjean Ouimet. 

Rappelons qu’octobre a été marqué par une véritable rupture (températures 1 à 2 ˚C sous la normale), avec des records de froid et des bordées hâtives. Pourtant, en septembre, l’été refusait de laisser le Québec avec un mois de septembre à 2 ˚C au-dessus de la normale.

Octobre ne condamne pas novembre 

Un départ agressif des conditions hivernales en octobre ne signifie pas nécessairement que le mois de novembre suivant respectera la même tendance. Par exemple, depuis 2000, lorsque le mois d’octobre a été froid (2015, 2008,2003 et 2002), les mois de novembre suivants ont été plus froids que la normale à une reprise, tandis que les autres mois ont été doux ou dans la normale. 

« On peut donc dire que le verdit est partagé dans ce cas-ci », commente Réjean Ouimet. 

rsz_hiver_hatif-1

Plus froids, moins neigeux 

La corrélation entre un départ hâtif du froid et la durée des hivers est cependant plus évidente. Parmi nos quatre mois d’octobre froids depuis 2000, l’hiver suivant a été plus froid que la normale à trois reprises, soit en 2008, 2002 et 2003. 

L’exception est 2015. Au chapitre de la neige, notre analyse révèle cependant que ces hivers de référence ont été moins neigeux à trois reprises. 

« Les signes d’hiver précoce en automne ne sont donc pas garants d’un hiver qui s’installe à demeure rapidement. Mais cet avant-goût de l’hiver en octobre peut être pris comme une mise en garde que l’hiver à venir risque de faire mal », ajoute Réjean Ouimet. 

rsz_hiver_hatif-2

Des exceptions à la règle 

La météo respecte toujours ses propres règles (c’est ce qui rend cette science intéressante d’ailleurs !). On a donc déniché deux contre-exemples, alors que la planète était sous l’influence plus ou moins intense du phénomène El Niño (soit dit en passant, les spécialistes américains s’attendent à un El Niño plus ou moins intense à l’hiver 2019).

En 1997, tous les mois de l’automne ont été plus froids que la normale dans la majorité des villes du Québec. On avait enregistré deux bordées de neige durant la même semaine au mois d’octobre. 

« Le 27 octobre, il tombait entre 25 et 30 cm de neige de l’Outaouais jusqu’au lac Saint-Jean », rappelle Réjean Ouimet. 

EN VIDÉO : L'HIVER TRADITIONNEL VA DISPARAÎTRE AU QUÉBEC :




Pourtant, l’hiver de 1998 a été doux et le sud de la province a connu la crise du verglas. Par la suite, malgré un départ hâtif, le reste de l’hiver a battu de l’aile pour finir avec une bordée tardive pour marquer l’arrivée du printemps en mars. 

Bref, un hiver instable! Le cas comparable le plus récent est celui de 2002. La neige a fait une entrée très remarquée en laissant plus de 10 cm de neige à la fin du mois de novembre, avec de la poudrerie. 

« C'était le 27 et 28 novembre, alors qu’en temps normal, la première bordée survient à la mi-décembre. C’est dommage, car cet événement faisait suite un été extraordinaire ». 

Par la suite, l’hiver 2002-2003 a été plus convaincant au chapitre du froid en janvier et février, avec un El Niño plus modeste qu’en 1998 (un peu à l’image de cette année).

À VOIR ÉGALEMENT : DES HIVERS TOUJOURS PLUS EXTRÊMES :




Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité