ExpiredNouvelles - Le cauchemar des vacanciers au Québec, le voici. - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles
EXCLUSIF

Le cauchemar des vacanciers au Québec, le voici.


Joey Olivier
Rédacteur Web - MétéoMédia

Vendredi 11 mai 2018 à 9 h 59 - À l’approche de la saison estivale, les vacanciers se croisent les doigts afin de pouvoir compter sur la chaleur durant l’été. Parfois, c’est un succès, tandis que d’autres fois, c'est le cauchemar d'un manque de journées chaudes pour en profiter. Notre équipe s’est penchée sur les étés sans chaleur avec notre expert Réjean Ouimet. Ceci n’est pas un aperçu, seulement un constat.


À lire également : Si mai est chaud, le mois de juin est…réponse ici.


Un critère majeur pour évaluer la performance de la chaleur est le nombre de jours de piscine durant la saison. Pour se baigner confortablement (à moins que vous ayez un chauffe-eau), on considère que les températures doivent atteindre la barre des 25 ˚C.

Le pire été à Montréal à ce chapitre est l’été de 1968 avec seulement 24 jours de piscine, alors que durant un été normal, le mercure atteint 25 ˚C durant 40 jours.

JOURS DE PISCINE.jpeg

Ailleurs au Québec, cette fenêtre pour se baigner est encore plus courte. À Québec, on estime le nombre moyen à 32 jours de piscine. En 1963, il a fait au moins 25 ˚C à seulement 16 reprises. Disons que ce n’était pas l’été du maillot de bain !

À Gaspé, en 1977, on a enregistré deux fois moins de jours de piscine qu’à l’habitude (10 jours contre une moyenne de 20). Du côté de Val-d’Or, l’année sans maillot remonte à 1965 avec 11 jours de piscine, soit 13 de moins que la moyenne.

LES ÉTÉS SANS 30 °C.jpeg

Le rendez-vous manqué des 30 ˚C

Les étés sans « grosse chaleur » sont ceux où le mercure n’atteint pas la barre des 30 ˚C une seule fois. La fréquence est différente selon les régions.

À Montréal, on a enregistré 1 été sans 30 ˚C en 76 ans, tandis que la région de Québec a été privée de ses 30 ˚C à 6 reprises en 75 ans.

La ville la plus sujette à ne pas atteindre cette marque est Val-d’Or, alors qu’elle a manqué ses 30 ˚C à 7 reprises sur une période de 64 ans.

« Les épisodes (étés sans 30 ˚C) correspondent souvent à des étés minables. Je pense notamment aux derniers de ces étés en 1992 (Montréal), 2008 (Gaspé) et 2000 (Québec). Car même si tous n’aiment pas les fortes chaleurs à répétition, les canicules contribuent à l’impression d’un bel été au final », commente Réjean Ouimet.

LE DERNIER ÉTÉ SANS 30 °C.jpeg

Le patron météo qu’on ne veut pas

Les attentes sont souvent élevées au Québec pour la période estivale. Pour réussir à avoir l’impression que l’été a été à notre goût, la chaleur doit être présente le plus fréquemment possible de 60 à 80 jours.

« Chose certaine, quand la chaleur n’y est pas, les chances sont très fortes que l’été ne soit pas à notre goût. Ce qui fait que la chaleur est discrète correspond souvent à un régime météo en creux de vague avec un vortex sur la baie d’Hudson ou sur le nord du Québec qui est récurrent pendant l’été. Ce régime va contribuer à des conditions plus souvent nuageuses et qui dit nuages, dit aussi possibilité de pluie. Rien pour aider le contrôle de qualité de l’été », explique Réjean Ouimet.

Le patron météo décrit par notre expert est donc le cauchemar météo qu’on souhaite éviter autant que possible cet été.

Mauvais départ = été perdu?

En 2017, le début de la saison était mitigé dans plusieurs secteurs du Québec et on se demandait alors s’il était possible de rattraper un mauvais départ.

La réponse est oui dans trois cas. En 2008, les conditions estivales tardent à s’installer et la tendance s’est poursuivie durant l’été. Deux fois moins de jours de 30 ˚C à Montréal, 46 jours de pluie (moyenne de 38 jours), et on a enregistré 51 jours avec des températures sous les normales. Les vacances de la construction avaient été les pires des dix dernières années.

L’été de 2000 a également mal commencé le nouveau millénaire. Malgré un peu de chaleur à la mi-juin, le patron de fraicheur et les systèmes dépressionnaires ont jeté une douche froide sur les vacanciers. On a enregistré des températures de 1 ˚C sous la moyenne, avec seulement deux journées de 30 ˚C et 46 jours de pluie.

Le champion des étés ratés du début à la fin est celui de 1992. Le grand responsable était à l’époque le volcan Pinatubo, dont l’éruption qui avait eu lieu aux Philippines en 1991, avait injecté une masse de cendres imposante dans l’atmosphère.

Une quantité si imposante qu’un voile s’était formé entre le soleil et la surface terrestre. Résultat, on a enregistré un été 2 ˚C sous la moyenne et les températures n’ont jamais atteint la barre des 30 ˚C une seule fois !

La situation était encore plus pénible à Québec. Un été épouvantable dans la Vieille Capitale : 48 jours de pluie durant l’été, 1,6 ˚C sous les normales durant trois mois.

À VOIR ÉGALEMENT : LES ÉTÉS DU QUÉBEC NE SERONT PLUS LES MÊMES :




Les étés du Québec ne seront plus jamais les mêmes
Si vous rêvez d’un été idéal, ne lisez pas ceci!
Si votre tapis d’auto est taché de calcium, lisez ceci!
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité