Expired Nouvelles - Bilan 2016 : une année mouvementée sur les océans - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles
La saison des ouragans de 2016 a été particulièrement active, tant dans l'Atlantique que dans le Pacifique. Voici un aperçu de ces tempêtes qui ont retenu l'attention en 2016.

Bilan 2016 : une année mouvementée sur les océans


Dimanche 1 janvier 2017 à 10 h 39 - La saison des ouragans 2016 a été particulièrement active. Nous avons eu droit à plusieurs anomalies et même à des records. Au total, ce sont 84 tempêtes tropicales nommées qui ont évolué dans les bassins océaniques cette année, dont sept ont atteint le statut de catégorie 5, la catégorie la plus puissante selon l’échelle Saffir-Simpson alors que la moyenne se situe aux alentours de quatre à cinq annuellement.


  À lire également : Bilan 2016 : l’année en séismes


Bassin de l’Atlantique

Dans l’océan Atlantique, la saison 2016 aura été la plus active depuis 2012. Dans le golfe du Mexique, un record de température de l’eau a été battu avec 28,9 °C alors que 2016 aura été la deuxième saison la plus chaude pour la mer des Caraïbes.

Au total, 15 tempêtes ont été nommées, soit trois de plus que la normale. Du nombre, dix ont touché terre, dont cinq aux États-Unis. La formation des tempêtes tropicales et des ouragans a aussi été favorisée par l’arrivée du phénomène La Niña qui présente un faible cisaillement des vents et donc, des conditions propices à la formation de tempêtes. La saison dans l’Atlantique aura aussi été hâtive avec l’ouragan Alex qui s’est formé en janvier. Voici un survol des évènements marquants dans l’Atlantique.

Alex — du 13 au 15 janvier 2016

L’année 2016 a commencé en force avec le développement de l’ouragan Alex de catégorie 1, une véritable anomalie, puisque la saison des ouragans dans le bassin atlantique se déroule généralement de juin à novembre. Alex est ainsi devenu le premier ouragan à s’être formé aussi tôt dans l’Atlantique depuis l’ouragan 1, en 1938 en plus de devenir le premier ouragan à toucher terre en 61 ans.

Il est aussi devenu le deuxième ouragan le plus puissant pour un mois de janvier avec des vents de 139 km/h. L’ouragan Alice qui avait évolué entre le 31 décembre 1954 et le 4 janvier 1955 avait été accompagné de vents qui avaient atteint les 148 km/h.

Julia — du 13 au 16 septembre 2016

Avec des vents maximums de 65 km/h, la tempête Julia n’a pas marqué l’année par sa force. Son processus de formation est plutôt ce qui l’a rendue aussi particulière ; pour la toute première fois, une tempête s’est formée au-dessus de la terre, dans le nord-est de la Floride. Seulement 2 % des tempêtes enregistrées depuis 1851 se sont formées au-dessus du sol.

Ian, Julia et Karl — 16 septembre 2016

Julia a rejoint la tempête Ian et a été suivie par Karl. En date du 16 septembre, nous avions trois tempêtes tropicales nommées sur les radars, un phénomène qui ne s’était pas produit depuis 2012.

Le record de tempêtes simultanées dans l’Atlantique se situe à quatre, une occurrence qui s’est produite à deux reprises en août 1893 et en septembre 1998.

Matthew — du 28 septembre au 9 octobre 2016

Matthew est sans aucun doute l’ouragan qui a fait le plus jaser. En seulement 24 heures, la tempête est passée de catégorie 1 à catégorie 5 avec des vents de plus de 250 km/h, le premier de cette puissance dans l’Atlantique depuis Félix en 2007. Ce renforcement soudain a aussi permis à Matthew de gagner le top 3 des ouragans s’étant intensifié le plus rapidement, ayant gagné 130 km/h en à peine une journée. Matthew a atteint le statut d’ouragan majeur le 30 septembre, une première pour un mois de septembre depuis Édouard en 2014 et pour des latitudes aussi basses.

Des vents de 210 km/h et plus ont été observés sur une période de 102 heures, du jamais vu pour un mois d’octobre.

Matthew a touché terre à quatre reprises durant son trajet, à Haïti, à Cuba, aux Bahamas et finalement en Caroline du Sud. Avec une durée de onze jours, Matthew est aussi devenu l’ouragan à la plus longue durée de vie de la saison 2016. Il a laissé dans son sillon des centaines de morts et des milliards de dollars en dommages ce qui en fait l’une des pires catastrophes naturelles de 2016.

Otto — du 21 au 25 novembre 2016

Otto a clôturé la saison des ouragans dans l’Atlantique. En atteignant la catégorie 2 avec des vents maximums de 176 km/h, Otto a battu le record de l’ouragan le plus puissant à s’être développé aussi tard dans la saison. Le 24 novembre, Otto a touché le Nicaragua, un évènement historique puisqu’il s’agit de la première fois qu’un ouragan touche terre à cette latitude aussi tard dans la saison. Il est aussi devenu le premier ouragan en 20 ans à rester intact en passant de l’océan Atlantique à l’océan Pacifique. Il a de plus conservé son nom malgré le changement de bassin.

Bassin du Pacifique

Du côté de l’océan Pacifique, la saison tous bassins confondus s’est amorcée dans le Pacifique centre, où il est habituellement plus rare de voir des tempêtes et des ouragans se former. Le cyclone tropical Pali a donné le coup d’envoi en janvier, le record de cyclone le plus hâtif avec une date établie au 11 janvier.

Dans la portion est du Pacifique, la saison 2016 aura été plus active que la normale, et ce, pour une troisième année de suite. Agatha est arrivée le 2 juillet, marquant un début tardif pour la saison officielle dans l’est. Au total, sept tempêtes nommées se sont formées lors de la première moitié de juillet, un record ex aequo avec juillet 1985. Les tempêtes dans ce bassin sont généralement de courte durée (environ cinq jours) en raison du fort cisaillement des vents et de l’eau plus froide. Un total de 22 tempêtes nommées ont été recensées pour 2016.

Dans la portion ouest du Pacifique, les chiffres se situent dans les normales. Après une saison 2015 extrêmement active, la saison 2016 n’a démarré que le 3 juillet 2016. Au total, 200 jours se sont écoulés entre le dernier ouragan de 2015 et le premier de 2016. La saison aura cependant démarré en force et si les chiffres se retrouvent légèrement sous les normales, pas moins de 11 super-typhons se sont formés, trois de plus que la normale. Voici les faits saillants pour le bassin du Pacifique. Avec des vents qui ont atteint les 241 km/h, le cyclone Seymour est devenu le plus puissant du bassin. Le super-typhon Nock-Ten

Nepartak — du 3 au 9 juillet

La saison 2016 a pris du temps à commencer dans le Pacifique, mais elle a commencé en force. Nepartak s’est formé le 3 juillet et au sommet de sa force, ses vents ont soufflé jusqu’à 278 km/h. Il atteint le statut de super typhon de catégorie 5 le 6 juillet, avant de rétrograder en catégorie 4 et de frapper l’île de Taïwan, le troisième super-typhon à frapper l’île en environ un an (Soudelor et Dujuan avaient aussi touché Taïwan en 2015). Nepartak aura fait 82 victimes.

Lionrock – du 18 au 30 août

Lionrock est devenu le deuxième super-typhon de 2016, atteignant la catégorie 4 avec des vents qui ont atteint les 215 km/h. Le super-typhon a touché le Japon, la Corée du Sud et du Nord et la Chine. Lionrock est devenue la tempête la plus meurtrière de l’année, ayant fait plus de 550 victimes, particulièrement en Corée du Nord où le bilan s’est établi à 525 décès.

Meranti — du 10 au 14 septembre

Meranti aura marqué l’année 2016 comme ayant été le système tropical le plus violent, ayant atteint la catégorie 5 avec des vents de 306 km/h. Il se retrouve ainsi parmi le top 5 des tempêtes les plus puissantes au monde tous bassins confondus. Le super-typhon a touché terre sur l’île d’Itbayat au sud de Taïwan, puis en Chine et finalement aux Philippines. Au total, 44 victimes ont été rapportées en lien avec le super-typhon qui aura causé des dommages évalués à près de trois milliards de dollars américains.

Nock-ten - du 21 au 28 décembre

Le supertyphon Nock-ten s'est développé dans le Pacifique tout juste avant Noël. Avec des vents soutenus qui ont atteint les 240 km/h, ce qui en a fait une catégorie 4, Nock-ten est devenu le typhon de Noël le plus puissant depuis 1960. Le typhon a touché terre aux Philippines le 25 décembre, où il a été nommé Nina, devenant aussi le typhon le plus puissant à toucher l'archipel aussi tard dans la saison. Six décès ont été associés au passage du système tropical.

Meranti est devenu un des cinq systèmes tropicaux les plus violents jamais connus avec des vents qui ont dépassé les 300 km/h.

Pendant ce temps, dans l’hémisphère Sud…

Dans la portion sud du bassin pacifique, huit tempêtes ont été recensées, dont deux cyclones majeurs, incluant Ula qui est devenu le premier cyclone de catégorie 4 de la saison 2016.

Le cyclone Winston a évolué dans le sud de l’océan du 10 au 24 février et est devenu la tempête la plus destructrice de la région, causant près d’un demi-milliard de dollars. Le cyclone a touché l’archipel des îles Fidji, forçant 55 000 personnes à évacuer. Il est aussi devenu le plus puissant de l’hémisphère sud avec des vents qui ont atteint une vitesse de près de 300 km/h. Il est aussi la deuxième plus puissante tempête à toucher terre après le super typhon Haiyan, tous bassins confondus.

Dans la portion sud de l’océan Indien, trois cyclones majeurs se sont développés, incluant dont Fantala qui a atteint la catégorie 5, devenant ainsi le cyclone le plus puissant jamais enregistré dans l’océan Indien.

Dans le nord du bassin, ce sont cinq tempêtes tropicales qui ont été recensées, dont un cyclone, Vardah, né début décembre.

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité