ExpiredNouvelles - L’Homme a détruit deux fois la superficie du Québec - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles
Est-ce que la Terre se porte bien? Pas selon ces statistiques.

L’Homme a détruit deux fois la superficie du Québec


Trouver votre prévision
    Joey Olivier
    Chef contenu éditorial - MétéoMédia

    Mardi 27 septembre 2016 à 9 h 51 - En seulement 20 ans, l’Homme aurait détruit 3,3 millions de km2 d’espaces sauvages, ce qui représente environ 9 % du territoire, soit deux fois la superficie du Québec. C’est ce que révèle une étude australienne publiée le 8 septembre dernier dans la revue Current Biology.


    À lire également : La Terre perd de l’oxygène


    Ce constat est « stupéfiant et très triste » selon les scientifiques. Si cette tendance « alarmante » se poursuit, d’ici 100 ans, il n’y aura plus de zones importantes qui n’auront pas été perturbées par l’humain.

    Les principales causes de cette destruction massive ont été la déforestation illégale, l’agriculture sur brûlis ainsi que l’exploitation minière et pétrolière.

    Pour en arriver à cette conclusion, les auteurs de l’étude ont utilisé des cartes illustrant tous les secteurs qui ont été altérés par les humains depuis les années 1990.

    Les zones les plus dévastées depuis les années 1990 sont l’Amazonie (30 % du territoire), l’Afrique centrale (14 % de son territoire), l’Indonésie et une partie de la Russie.

    Crédit photo : Donna Durand, Jasper, Alberta

    Le Canada figure cependant parmi les territoires du monde où les étendues sauvages sont encore intactes.

    Le Sahara, la toundra du nord de la Russie et l’arrière-pays de l’Australie figurent encore parmi les milieux sauvages qui n’ont pas encore été altérés.

    En fait, les territoires sauvages ne couvriraient que 30 millions de km2 à l’heure actuelle. La pression exercée par l’augmentation de la population mondiale est aussi un facteur important dans ces pertes de territoires.

    La communauté scientifique semble unanime sur l’urgence de protéger les milieux restants puisqu’il est impossible de rétablir l’état initial d’une zone sauvage après qu’elle ait été altérée.

    Sources : Current Biology | Le Monde

    L’Australie à la dérive
    Les pluies acides moins acides
    Default saved
    Close

    Chercher un endroit

    Close

    Connexion

    S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité