Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles
Les débuts d’hiver au Québec ne sont plus ce qu’ils étaient. Explications ici.
EXCLUSIF MÉTÉOMÉDIA

Les hivers québécois plus jamais les mêmes

chargement de la vidéo...

Joey Olivier
Rédacteur Web - MétéoMédia

Lundi 6 novembre 2017 à 8 h 51 - Les débuts d’hiver au Québec ne sont plus ce qu’ils étaient. Selon des données compilées par notre service de météorologie, les conditions hivernales ont tendance à s’installer deux semaines plus tard depuis 100 ans.


Ne manquez pas la diffusion de l’Aperçu de l’hiver le lundi 20 novembre, dès 6 h. Posez vos questions à nos experts en direct sur Facebook, le mardi 21 novembre, dès 18 h.


Pour en arriver à cette conclusion, Réjean Ouimet, expert à MétéoMédia, a comparé deux tranches de 40 ans, soit la période de 1871 à 1910 avec celle de 1971 à 2010.

Le principal critère retenu est la neige au sol (plus de 2 cm), la période moyenne où les températures sont sous 0 °C et la première bordée de neige.

« La tendance se confirme : les océans sont plus chauds, le nord est plus chaud, les automnes sont plus chauds, donc ceci fait en sorte que nos hivers écopent au début et à la fin. Non seulement ils sont moins froids, ils sont moins longs et ils commencent à reculons », commente-t-il.

Selon son analyse, l’hiver qui démarrait autour du 29 novembre au début des années 1900 dans le sud du Québec a été décalé au 12 décembre durant la tranche de 1971 à 2010.

Et ce réchauffement est loin de s’être atténué depuis le début du nouveau millénaire. Depuis 2000, seulement trois automnes n’ont pas été au-dessus des normales à Montréal.

Cette situation a un impact inévitable sur l’installation de l’hiver. Ce contexte a des répercussions jusqu’à Noël.

« Il y a 100 ans, on connaissait trois Noëls verts sur une période de 40 ans. Aujourd’hui, cette fréquence est passée à neuf Noëls verts sur 40 ans », mentionne Réjean Ouimet.

HIVER DÉCALÉ EN CHIFFRES :

  • Depuis 2000, seulement trois automnes n’ont pas été au-dessus de la normale à Montréal
  • À Québec, la saison hivernale s’installe 5 jours plus tard qu’il y a 100 ans
  • À Gaspé, on a noté un décalage d’une semaine entre 1970 et 2010

Le début comme la fin

À l’instar des débuts, les finales de l’hiver respectent la même logique. Depuis 1941, lorsque les hivers ont été doux, les mois de mars sont restés doux à 27 reprises, tandis qu’ils ont été plus froids à 17 reprises.

« Cette statistique va à l’encontre de la croyance populaire qui veut qu’un hiver doux soit toujours « rattrapé » par un mois de mars très froid », souligne Réjean Ouimet.

Au chapitre de la neige au sol, de 1881 à 1910, elle disparaissait en moyenne le 8 avril à Montréal. Depuis 2000, cette date a été devancée au 23 mars, soit 16 jours plus tôt.

À VOIR AUSSI : LES TROIS PIRES TEMPÊTES AU QUÉBEC :

Pneus : si vous attendez la limite, il sera trop tard
Autopsie des pires tempêtes au Québec
Les dérapages de retour bientôt. Voyez les pires ici.
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité