Expired Nouvelles - La moitié de nos produits comportent des pesticides - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

La moitié de nos produits comportent des pesticides

(crédit : USDA NRCS)

(crédit : USDA NRCS)


Trouver votre prévision

    Vendredi 16 septembre 2016 à 20 h 09 - Des analyses effectuées sur les fruits et légumes québécois et importés mettent en évidence une forte présence de pesticides sur la moitié des produits testés.


    À lire également : Océans plus acides : la faune marine en péril


    Selon les dernières données fournies par le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) datant de la période 2013/2014, les produits québécois présentent moins de traces de pesticides : 32 % des échantillons testés en contiennent contre 71 % pour les produits importés.

    Certains produits ont plus de chance de contenir des pesticides, selon l’étude. Par exemple, sur 100 oranges, 97 d’entre elles contiendraient des traces. Les raisins et les bananes affichent des probabilités de 87 % et 85 %, les pommes et les patates sont toutes deux au-dessus de 65 %, vous aurez une chance sur deux en achetant des carottes, un peu plus de 40 % de chance pour des tomates routes et de la laitue. Enfin, les melons et le chou vert sont moins marqués avec des scores respectifs de 20 % et 6 %. Les oignons jaunes font, eux, bonne figure avec aucun échantillon testé positif aux traces de pesticides.

    Au total, ce sont 849 fruits et légumes qui ont été passés au crible par le Laboratoire d’expertises et d’analyses alimentaires (LEAA) dans le cadre du plan de surveillance des produits de la chaîne bioalimentaire du Québec. Et sur ces produits, 438 contenaient des résidus de produits chimiques, explique le rapport du LEAA.

    Cependant, notent les experts, les quantités de ces produits sont en dessous des quantités maximums autorisées.

    Isolées, ces substances chimiques ne représentent pas un grand risque pour la santé, mais associées à d’autres, le risque peut vite varier. « La science est très claire là-dessus : il y a des effets d’interaction et de synergie [entre les pesticides] », a expliqué à La Presse Sébastien Sauvé, professeur à l’Université de Montréal.

    Pour réduire ces risques, deux options simples : bien laver ses produits avant de les consommer, particulièrement les pommes de terre, ce qui peut éliminer environ un dixième des substances pesticides, et s’orienter vers les produits locaux, beaucoup moins touchés, mais également les produits bio.

    Le plan de surveillance des produits de la chaîne bioalimentaire du Québec est un plan quinquennal, qui a été mis en place le 1er avril 2011 et s’est achevé le 31 mars de cette année. Il a pour objet de « connaître le degré de contamination des aliments consommés sur le territoire du Québec » selon le rapport.

    SOURCES : MAPAQ | La Presse

    Les bio carburants, pas si verts qu'on pouvait le croire?
    Un serpent dans un ananas à Sherbrooke
    Une maladie menace nos bananes
    Default saved
    Close

    Chercher un endroit

    Close

    Connexion

    S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité