Expired Nouvelles - Couche d’ozone: le trou se réduit au-dessus de l’Antarctique - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

C'est une première depuis un peu moins de trente ans. Le trou de la couche d’ozone n’a jamais été aussi petit depuis 1988, au-dessus de l'Antarctique.

Couche d’ozone: le trou se réduit au-dessus de l’Antarctique


MétéoMédia
La rédaction

Dimanche 5 novembre 2017 à 16 h 29 - C'est une première depuis un peu moins de trente ans. Le trou de la couche d’ozone n’a jamais été aussi petit depuis 1988, au-dessus de l'Antarctique.


À lire également : La couche d'ozone sauvée à Montréal il y a 30 ans


C’est ce que vient d’indiquer la NASA. Le trou dans la couche d’ozone a atteint son plus haut niveau de l’année le 11 septembre. Il a presque atteint une taille équivalant à deux fois et demie celle des États-Unis, avant de rétrécir à la mi-septembre. 

Cette tendance s’explique entre autres par les conditions météorologiques dans l’atmosphère. Des conditions orageuses ont réchauffé l’air et tenu des substances appauvrissant la couche d’ozone qui contiennent du brome ou du chlore loin de celle-ci. 

Ces deux éléments peuvent « contribuer aux réactions naturelles qui détruisent l’ozone », précise Environnement et Changement climatique Canada. Et « sont capables de dissocier l’ozone ». Les substances appauvrissant la couche d’ozone peuvent également rester dans l’atmosphère « entre 20 et 120 ans », indique encore Environnement et Changement climatique Canada. 

Ces conditions atmosphériques sont venues se rajouter à de petites améliorations qui pourraient bien être liées à la signature du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, en 1987. C’est du moins ce qu’indique Paul Newman, un scientifique de la NASA. 

Le protocole vise à « réduire drastiquement la production et l'utilisation des chlorofluorocarbones (CFC), et autres substances responsables de l'appauvrissement de la couche d'ozone, utilisées dans les aérosols, les systèmes de réfrigération, et dans de nombreux autres produits ». 

Selon l'ONU, en protégeant la couche d'ozone, « ce traité a permis chaque année de sauver la vie de millions de personnes du cancer et de la cataracte ».

Sources : Toronto Star | NASA | ONU | Environnement et Changement climatique Canada

À VOIR ÉGALEMENT : Ce degré de plus qui peut tout changer en Antarctique

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité