Des records pourraient tomber au Québec

MétéoMédiaÉquipe éditoriale
MétéoMédia

Un 10 °C au thermomètre en plein mois de février, c'est possible cette semaine.


Les prochains jours auront des airs de printemps au Québec, à peine quelques semaines après une poussée de froid glacial.

Le contexte atmosphérique est actuellement favorable à la douceur. Avec le courant-jet positionné un peu plus au nord, cela ouvre la porte à l'air tiède du sud des États-Unis, qui peut se frayer un chemin jusqu'au Québec.

L'arrivée d'un gros système, originaire du Colorado, vers la fin de la semaine prochaine n'est pas étrangère à cette poussée chaleureuse. Il traînera effectivement de la douceur dans son sillage, accentuant la tendance déjà en place. Résultat : des anomalies de près de 15 °C sont possibles au cours des prochains jours, donnant à la mi-février un air de mars. Des 10 °C sont même possibles dans certaines régions, comme en Estrie. Montréal aura aussi droit à sa part de douceur.

TEMP PRINTEMPS2

Des records quotidiens pourraient tomber un peu partout sur le territoire, et surtout dans le sud du Québec. Les régions de la Montérégie, de l'Outaouais, de l'Estrie et de Montréal pourraient effectivement inscrire de nouvelles marques au tableau entre le 16 et le 17 février.

Rappelons que le record absolu pour un mois de février est de 15 °C, observé le 22 février 1981. Les valeurs ne devraient pas atteindre un tel chiffre, cette fois-ci.

Des 10 °C très hâtifs

Si l'hiver entame son lent déclin à cette période, cela reste inhabituel de voir de tels chiffres sur le thermomètre si tôt. En moyenne, les premiers 10 °C sont enregistrés le 20 mars à Montréal. Au cours des cinq dernières années, ce mercure a plutôt été observé dès le début du mois de mars – mais jamais en février. Si la prévision se concrétise, il s'agirait donc des 10 °C les plus hâtifs des cinq dernières années.

Le contenu continue ci-dessous
TEMP PRINTEMPS4

Pour que le mercure oscille autour des 10 °C de manière durable, il faut généralement patienter jusqu'en avril. Pour les régions de l'est du Québec, comme Sept-Îles et Gaspé, c'est en mai que de telles températures deviennent légion.

Perte de 20 °C en moins de 24 heures : c'est sur les radars

Cependant, cela reste une poussée ponctuelle. Une fois que la perturbation du Colorado aura tiré sa révérence, son front froid risque de faire chuter les températures – à nouveau – sous les normales saisonnières. Le thermomètre pourrait donc perdre près de 20 °C en à peine 15 heures dans certains secteurs. Cela entraîne des risques importants, puisque les surfaces pourraient être glacées et glissantes, et le potentiel de chute est bien réel.


À VOIR ÉGALEMENT : Le déclin de l'hiver est amorcé