ExpiredNouvelles - Une espèce rare observée dans le Saint-Laurent - MétéoMédia

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles

Une espèce rare observée dans le Saint-Laurent

Crédit: HO-MOE BROWN @GREMM

Crédit: HO-MOE BROWN @GREMM


Trouver votre prévision
    Sabrina Giacomini
    Rédactrice - MétéoMédia

    Samedi 9 juillet 2016 à 17 h 01 - Le golfe du Saint-Laurent reçoit des visiteurs de tailles ; deux baleines noires y ont été observées.


      À lire également : Une motte de beurre de 2000 ans... toujours comestible !


    L’évènement est à la fois plus habituel qu’on le croit, mais aussi une excellente nouvelle. La baleine franche aussi appelée baleine noire est une espèce menacée d’extinction avec seulement quelques centaines d’individus présents dans la nature. Deux représentants de l’espèce ont été observés dans le détroit de Jacques-Cartier, au nord de l’île d’Anticosti, dans le golfe du Saint-Laurent. Une équipe de la Station de recherche des Îles Mingan a fait la découverte ce jeudi. L’espèce gravite habituellement dans les eaux bordant les Maritimes et la côte Est américaine.

    Il ne s’agit cependant pas de la première visite de ce genre dans le Saint-Laurent, et selon Véronique Lamarre, chercheuse à l’Institut Mauricie-Lamontagne de Pêches et Océans Canada, il ne faut demeurer prudent. Elle explique que des baleines franches sont observées dans le golfe chaque année et que si le nombre d’observations semble être à la hausse, les efforts dédiés à leur recherche sont aussi devenus plus importants au fil des années. Elle estime qu’il faudra recueillir des données pour les années à venir avant de pouvoir tirer des conclusions concrètes. Elle explique aussi que l’absence de ces mammifères marins des lieux habituels indique que la nourriture n’y est plus, ce qui n’est pas nécessairement une bonne nouvelle. « On voit des animaux qui se promènent loin des secteurs où ils sont habituellement. Aller chercher notre nourriture à Québec à chaque fois qu’on a faim, c’est moins bénéfique que d’aller la chercher au coin de la rue, » dit-elle.

    Pour d’autres, comme Josiane Cabana, chargée de projet au GREMM, la présence de baleines noires demeure tout de même réjouissante puisque l’espèce est menacée. Selon elle, comme pour n’importe quelle espèce menacée de disparition, chaque nouvelle observation compte. Il ne resterait environ que 350 de ces baleines dans l’Atlantique Nord.

    Source: Radio Canada

    32 baleines s’échouent en Indonésie
    Une baleine nage à leurs côtés
    Quatre orques sauvées des glaces regagnent le large
    Un rorqual échoué dans un secteur inhabituel, voyez où.
    Default saved
    Close

    Chercher un endroit

    Close

    Connexion

    S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité