Expired Nouvelles - El Niño = hiver doux? Pas cette fois-ci! Voyez pourquoi. - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

CLIMAT

El Niño = hiver doux? Pas cette fois-ci! Voyez pourquoi.


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Lundi 17 septembre 2018 à 5 h 45 - Le phénomène El Niño devrait être de retour tard cet automne et durant l’hiver, mais il ne sera pas traditionnel. Il s’agit d’un El Niño surnommé « Modoki ». S’il se développe comme prévu par les spécialistes, les impacts ne seront pas les mêmes jusqu’au Québec. Voyez pourquoi.


À lire également : Un hiver dur au Québec? À suivre...


D’abord, rappelons qu’El Niño est une concentration d’eau plus chaude que la normale dans la zone équatoriale de l’océan Pacifique. Normalement, l’anomalie d’eau chaude se situe directement à l’ouest de l’Amérique du Sud. Dans le cas d’un « Modoki », il y a une concentration d’eau chaude, mais elle est située dans le centre de l’océan Pacifique, avec des zones d’eau plus froide aux extrémités. 

el_nino.jpg

Ce détail peut paraître insignifiant, mais il ne l’est pas. En fait, ce positionnement change les conséquences sur le climat mondial. Notre équipe a comparé les impacts des deux types d’El Niño sur les hivers québécois. Les résultats sont assez surprenants. 

el_non_modoki.jpg

El Niño : le traditionnel est chaud 

Lorsqu’il est traditionnel, l’impact d’un El Niño fort se traduit généralement par un hiver moins corsé au Canada, voire au Québec. Le dernier hiver El Niño remonte à 2015-2016, alors que les températures avaient été au-dessus des valeurs saisonnières en janvier et en février. 

La majorité des Québécois se souviendront aussi que la crise du verglas de 1998 a eu lieu dans un contexte d’El Niño fort. 

El Nino septembre 2018.jpg

Le « Modoki » est corsé 

D’abord, soulignons que le concept « Modoki » a été baptisé par des spécialistes japonais et que ce phénomène est sérieusement étudié depuis le début des années 90. C’est donc assez nouveau comme concept. Les derniers événements ont eu lieu lors des hivers 1991-1992, 1994-1995, 2002-2003, 2005-2006, 2009-2010 et 2014-2015. 

« Parmi ces années, on remarque une constante : les mois de décembre ont été assez doux (4 mois de décembre sur 6), mais le reste de l’hiver a été plus froid (4 hivers sur 6) », indique Anne-Sophie Colombani, météorologue à MétéoMédia. 

En fait, la seule exception (hiver doux) est l’hiver de 2009-2010. Pour le reste, il semble y avoir un patron assez redondant. Par ailleurs, l’hiver « Modoki » le plus récent (2014-2015) est assez éloquent. 

MOdoki hiver Apercu.jpg

Lors de cet hiver, le mois de décembre avait été particulier. Cette année-là, on avait frôlé le Noël vert puisque les températures ont été de 3 ˚C à 4 ˚C au-dessus des normales du 22 décembre au 6 janvier. 

Par la suite, le froid a fait un retour incroyable, ce qui a fait en sorte que Montréal a connu un hiver 2 ˚C sous sa moyenne, tandis que Québec a grelotté avec un hiver 3 ˚C sous la moyenne de saison. On devra cependant patienter avant de sauter aux conclusions pour le prochain hiver. 

Selon la dernière prévision de l’Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), les probabilités de voir le phénomène se développer cet hiver sont de 70 %. 

EN VIDÉO : APERÇU EXCLUSIF DE L'AUTOMNE :



MODOKI EN BREF : 

  • Le nom « El Niño Modoki » a été utilisé pour la première fois par le professeur Yamagata dans des communiqués de presse 
  • Le Modoki a une influence plus documentée en Chine, au Japon et aux États-Unis 
  • Ce phénomène est étudié depuis 1990 


Source : NOAA

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité