Expired Nouvelles - L'Effet papillon : une campagne pour sauver les monarques - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Pour sensibiliser la population à la disparition du papillon monarque, la Fondation David Suzuki lance la campagne L'effet papillon.

L'Effet papillon : une campagne pour sauver les monarques


Annie Sauvesty
Rédactrice - MétéoMédia

Mardi 5 avril 2016 à 12 h 50 -

C’est le lundi 4 avril que la Fondation David Suzuki lance « l’Effet papillon », une nouvelle campagne de sensibilisation qui a pour but d’inciter les Québécoises et Québécois à se joindre à un mouvement nord-américain pour protéger les papillons monarques de l’extinction.

Les populations de monarques ont chuté à un creux historique d’à peine 33,5 millions en 2013, alors que leur moyenne annuelle avait été de 350 millions au cours des 15 dernières années.

Une des principales causes de ce déclin s’explique par la disparition marquée de la seule espèce de plantes dont dépendent les monarques : l'asclépiade, aussi connue sous le nom de « soyer du Québec » ou « soie d’Amérique », dont se nourrissent les monarques et sur laquelle les femelles pondent leurs œufs.

Selon Patrick de Bellefeuille, expert en changements climatiques et présentateur météo chez MétéoMédia, l’asclépiade est en déclin, car elle fut placée sur la liste des « mauvaises herbes » ouvrant la porte à son éradication. Sauf qu’elle n’est pas nocive pour l’Homme et est essentielle au monarque », déclare-t-il. « Un exemple parmi tant d’autres qui nous fait réfléchir sur l’empreinte écologique laissée par l’Homme » ajoute-t-il.

La plupart des insectes qui vivent dans les régions tempérées ont développé un mode d’adaptation afin de résister au froid, mais le monarque ne peut survivre aux rigueurs des hivers canadiens. Originaires d’Amérique du Nord, ils se retrouvent également en Amérique centrale et en Amérique du Sud.

On peut également les percevoir aux îles Canaries, aux Açores, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Cependant, seuls les monarques d’Amérique du Nord ont la capacité de migrer.

Ce phénomène unique en son genre leur confère une popularité et un intérêt particulier de la part notamment des scientifiques.

En chiffres

-Plus de 10 cm d’envergure. C’est la taille que peut atteindre l’aile de ce papillon.

-0,5 g. Son poids moyen.

-Environ 100 millions. C’est la population de papillons qui va s’établir en été à l’est des Rocheuses, principalement en Ontario et au Québec, pour se reproduire puis migrer à l’automne vers le Mexique.

-Environ 10 millions des monarques se reproduisent en été à l’ouest des Rocheuses et hibernent en Californie.

Le papillon monarque se déplace en fonction des saisons et fréquente des habitats différents à diverses étapes de sa vie. Il a besoin de temps chaud et ensoleillé pour vivre.

Des températures froides, un temps humide et un ciel trop nuageux sont des conditions qui empêchent les adultes de se reproduire, de pondre des œufs et de se nourrir.

Par ailleurs, des étés chauds et secs avec des périodes de sécheresse seront aussi néfastes, car la qualité et la disponibilité de la nourriture seront réduites pour les chenilles et pour les adultes.


Photo : Jeff Lav.

Photo : Jeff Lav.

Avec la collaboration de Joey Olivier, rédacteur à MétéoMédia.

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité