Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Ouragans 2018 : voyez 3 leçons à tirer de la saison.


Zoé Baldy
Rédactrice - MétéoMédia

Mardi 4 décembre 2018 à 15 h 35 - La saison des ouragans dans l'océan Atlantique Nord vient de se terminer... C'est l'heure du bilan, mais aussi de la remise en question : voyez trois leçons à tirer. 


À lire également : Si l’hiver est comme en 2002-2003, voyez ce qui vous attend


Quinze tempêtes nommées, huit ouragans dont deux ouragans majeurs : Florence et Michael. La saison 2018 a commencé avec quelques jours d'avance avec la naissance d'Alberto, le 25 mai dernier, et s'est terminée le 30 novembre (alors que le début officiel de la saison est le 1er juin). Voyez les trois leçons à tirer de cette saison. 

181202 - OURnorm 

Pour voir l'intégralité des systèmes tropicaux ayant eu lieu dans l'océan Atlantique Nord, regardez la vidéo partagée par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (la NOAA) ci-dessous : 



SYSTÈME PLUVIEUX ? ATTENTION AUX DÉGÂTS 

Ouragan Florence, mise en contexte : 

- Du 31 août au 19 septembre;

- Vents maximums : 220 km/h;

- Pression atmosphérique minimale : 939 millibars;

- Catégorie 4 au maximum - a touché les côtes en catégorie 1 



L'ouragan Florence, tout comme Harvey en 2017, était un système pluvieux : avec un déplacement très lent, il a pu déverser des quantités très importantes de pluie sur une partie de la côte est des États-Unis, notamment sur les Carolines... Et tandis qu'il n'est arrivé sur les côtes qu'en catégorie 1, les conséquences ont été dramatiques. 

Généralement, on a tendance à se méfier des vents violents et à sous-estimer la pluie : pourtant, les risques peuvent être tout aussi importants... Surtout quand on parle d'ouragan, puisque lorsqu'un système d'une ampleur pareille se rapproche des côtes, le niveau de la mer augmente : on parle d'onde de tempête. Associées à des pluies diluviennes, les inondations sont souvent bien plus importantes que prévu. La ville d'Elisabethtown, en Caroline du Nord, a enregistré 913 mm de pluie (un peu moins de 3 pieds). 

La vitesse des vents est utilisée pour mesurer la force d'un ouragan : il s'agit de l'échelle Saffir-Simpson. Certains experts demandent à ce que l'échelle soit modifiée, afin d'y inclure les quantités de pluie, ou qu'une nouvelle classification soit créée. 

INTENSIFICATION SOUDAINE 

Ouragan Michael, mise en contexte : 

- Du 6 octobre au 15 octobre;

- Vents maximums : 250 km/h; 

- Pression minimale : 919 millibars; 

- Catégorie 4 au maximum - a touché les côtes en catégorie 3 



73 heures : c'est le temps qui s'est écoulé entre le moment où l'ouragan Michael a été nommé et celui où il a touché terre, entrant dans le livre des records comme l'un des ouragans les plus puissants à affecter les États-Unis. Il n'était qu'à 1 km/h d'être classé en tant qu'ouragan de catégorie 5. 

Contrairement à Florence, il s'agissait d'un système venteux qui se déplaçait rapidement : plus de 30 km/h parfois (alors que la vitesse moyenne d'un déplacement d'un ouragan sur ces latitudes est autour de 20 km/h). 

L'un des facteurs de considération de la puissance d'un ouragan est sa pression atmosphérique : plus un système aura une pression basse, plus il sera puissant. Avec une pression de 919 millibars, Michael est le troisième ouragan le plus intense de l'histoire des États-Unis. Il a perdu 63 millibars en 48 heures, une preuve de son intensification extrêmement soudaine, ayant surpris les services météorologiques américains. 

181202 - OURmichael 

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET OURAGANS 

Selon plusieurs experts de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (la NOAA), les changements climatiques auraient un impact sur la formation ou sur l'intensification des ouragans. 

En effet, dans la mesure où, pour se former, un ouragan a besoin d'une température de l'eau supérieure à 26 °C et d'un faible cisaillement des vents, plusieurs experts affirment que les changements climatiques auront un impact pour les saisons futures. 

Certains notent même que cela fait deux années consécutives qu'un système tropical formé près des côtes américaines réussit à se rapprocher des côtes européennes alors que, normalement, les températures de l'eau de l'océan Atlantique diminuent suffisamment pour désorganiser un système. 

181202 - OURfaitsaillant 

Sources : Washington Post, Forbes, NOAA

À VOIR ÉGALEMENT : SI L'HIVER EST COMME EN 2002-2003 AU QUÉBEC :




Le monoxyde de carbone, ce tueur silencieux... Détails ici.
Vous ne croirez pas ce que décembre nous réserve !
Si vous aimez l'hiver, on a une bonne nouvelle!
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité