Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles
Une étoile de la constellation du Cygne présente un véritable mystère. L'étoile de Tabby présente des pulsations anormales et des baisses de luminosités importantes. Aperçu de ce casse-tête astronomique.

Mystère : la vie secrète de l’étoile de Tabby

chargement de la vidéo...

Sabrina Giacomini
Rédactrice - MétéoMédia

Jeudi 29 juin 2017 à 12 h 01 - L’étude des astres gagne en précision à mesure qu’évolue la technologie. De nouveaux mondes s’offrent à nous et nous avons accès à plus d’information que jamais sur ces mondes lointains. Une étoile reste cependant un véritable mystère pour les astronomes, mystère qui pourrait bientôt être résolu.


À lire également : Pluie de diamants et autres extrêmes météo extraterrestres


Le site Web Planet Hunters (Chasseurs de planètes) a permis d’identifier de nombreuses exoplanètes depuis les dernières années. Les chasseurs de planètes mis à contribution dans ces découvertes ne travaillent cependant pas dans des observatoires ou dans des universités : ce sont des gens comme vous et moi qui ont simplement une curiosité, voire une passion pour l’astronomie.

Le site en question se base sur les données recueillies par le télescope spatial Kepler qui a notamment recensé la pulsation de milliers d’étoiles, soit les variations dans leur luminosité, de même que des transits potentiels, soit le passage d’une planète devant une étoile.

Un transit provoque une baisse marquée et temporaire de la luminosité d’une étoile, ce qui indique qu’un objet est en orbite autour de l’astre et en obstrue la lumière de façon cyclique.

Le cycle de pulsation est illustré dans un graphique en nuages de points qui démontre bien la ligne de luminosité constante et les cycles de diminution, observés sur une période de 30 jours. Ces données sont ensuite partagées sur le site où les astronomes amateurs peuvent les analyser et tenter d’identifier ce qu’ils croient être un transit. Les données d’une même étoile sont analysées par plusieurs usagers.

Les graphiques soupçonnés de démontrer un transit et soulignés à plusieurs reprises par les utilisateurs sont ensuite révisés par l’équipe scientifique de Planet Hunters. C’est ainsi que des gens de partout dans le monde ont pu contribuer à la découverte de nouvelles exoplanètes.

C’est d’ailleurs ce procédé qui a permis de découvrir la mystérieuse étoile KIC 8462852, aussi nommée l’étoile de Tabby. Cette étoile située dans la constellation du Cygne est devenue un véritable casse-tête astronomique.

Si les transits associés aux exoplanètes présentent habituellement une diminution régulière de luminosité maximale de l’ordre du 2 %, une diminution de luminosité de plus de 20 % a été observée dans le cas de l’étoile de Tabby. En comparaison, le passage de Jupiter, la plus grande planète de notre système solaire, devant le Soleil ne provoquerait une diminution d’intensité de sa que de 1 %.

Une première baisse de luminosité de 15 % a été observée en 2011, puis 756 jours plus tard, une seconde baisse de 22 % a été enregistrée, en 2013. Aucune donnée n’a pu être enregistrée en 2015, lorsqu’une troisième diminution aurait dû se produire, en raison d’une défaillance de Kepler.

Baisse de luminosité de 22 % enregistrée le 28 février 2013. Crédit : Wikipédia

Baisse de luminosité de 22 % enregistrée le 28 février 2013. Crédit : Wikipédia

La plus récente occurrence a débuté à la mi-mai, et tous les regards se sont tournés vers l’astre pour en observer le comportement.

De plus, le cycle du « transit » dans le cas de Tabby est irrégulier, ce qui a jusqu’à maintenant écarté l’hypothèse d’un objet en orbite, ce qui génèrerait un transit régulier et prévisible.

Le mystère entourant cette particularité demeure entier, mais les hypothèses à son sujet sont nombreuses. Certains ont proposé qu’un nuage de comètes soit à l’origine du phénomène, ou encore la collision de planètes. Aucune de ces explications ne semble cependant parfaitement représenter la réalité. D’autres théories plus farfelues ont même proposé que des objets extraterrestres soient impliqués.

L’Institut de recherche sur les exoplanètes de l’Université de Montréal a décidé de se pencher sur le mystère et de tenter de trouver des réponses. Une caméra PESTO (Planètes Extra-Solaires en Transit et Occultation), optimisée pour le chronométrage de transits d’exoplanètes, a été installée à l’Observatoire du mont Mégantic et la baisse de luminosité entamée en mai a présenté l’occasion idéale de la mettre à contribution.

Cette caméra unique est l’outil idéal pour tenter de résoudre le mystère KIC 8462852. Les données qu’elle a recueillies doivent encore être analysées, mais on peut espérer qu’elles nous permettront d’en apprendre un peu plus sur la vie secrète de l’étoile de Tabby.

Sources : Forbes | The Verge | iREx

Le Soleil aurait un jumeau
La mission-suicide sur Saturne tire bientôt à sa fin
Des Québécois dans la course à la vie extra-terrestre
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité