Expired Nouvelles - Mise à jour : El Niño est de retour au sommet - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

El Niño vient d’atteindre un stade important de son intensification. (crédit : NASA/NOAA)

Mise à jour : El Niño est de retour au sommet


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Mercredi 9 décembre 2015 à 14 h 05 - El Niño vient d’atteindre un stade important de son intensification, alors qu’il a dépassé l’année record de 1997 en novembre dernier. La température de l’eau de surface dans la zone équatoriale du Pacifique a été 2,35 °C plus élevés que la normale. Il s’agit d’une première depuis que les données sur ce phénomène sont analysées (1950). L’anomalie de 1997 était de 2,33 °C.


 À lire également : El Niño cet hiver : la consécration d’une année d’exception


« Cette donnée de novembre est une étape importante, mais El Niño 2015 n’est pas encore le plus intense. On pourra l’affirmer ou l’infirmer selon son évolution au cours des mois de décembre et janvier », explique André Monette, météorologue à MétéoMédia.

Pour être considéré comme l’El Niño le plus intense de l’histoire, le phénomène de 2015-2016 doit cumuler une moyenne d’anomalies de températures supérieure aux autres années de référence durant trois mois.

Actuellement, El Niño 2015 se classe parmi les trois plus intenses entre celui de 1997 et 1982.

Cette course aux statistiques n’est pas nécessairement une indication de l’ampleur des conséquences à travers la planète. Chaque année El Niño a ses particularités.

On sait cependant que l’influx de chaleur produit par les eaux du Pacifique influence le positionnement des vents dominants en haute altitude.

La première conséquence concrète d’un El Niño est la hausse des températures et du temps plus sec dans plusieurs régions du globe. Cet argument tient la route cette année, alors que 2015 devrait facilement battre un record mondial de chaleur.

Au Canada, on considère que les impacts indirects de cette chaleur amèneront un hiver plus doux dans plusieurs provinces, surtout dans l’ouest.

Au Québec, les météorologues de MétéoMédia ont prévu un hiver moins froid que l’année dernière en considérant El Niño comme un facteur important.

D’ailleurs, le mois de décembre plus doux et moins neigeux qu’à l’habitude confirme cette tendance climatique.

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité