Expired Nouvelles - L'été, c'est parfois dangereux. En voici 5 preuves - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Plusieurs phénomènes peuvent causer des dégâts, voire des décès.

L'été, c'est parfois dangereux. En voici 5 preuves


Trouver votre prévision
    Joey Olivier
    Chef contenu éditorial - MétéoMédia

    Vendredi 5 mai 2017 à 14 h 24 - Le climat estival du Québec et du Canada n’est pas aussi dangereux que dans certaines régions américaines (comme l’Allée des tornades par exemple), mais plusieurs phénomènes peuvent causer des dégâts, voire des décès.


    Ne manquez pas le dévoilement de l’Aperçu de l’été, le 23 mai, dès 6 h, à la télé et sur le Web ! Posez également vos questions à nos experts lors de l’#ApercuDecotique, sur Facebook LIVE, le 24 mai, à 18 h.


    1-Tornades et microrafale

    En moyenne, on enregistre cinq tornades par année au Québec. Règle générale, elles se forment en fin d'après-midi, entre les mois de juin et d'août. Lorsqu’une supercellule se forme et que la rotation se produit, la tornade est imminente.

    Depuis 1985, seulement cinq tornades de force F-3 ont été enregistrées au Québec. Le 27 août 1991, une tornade de force F-3 a notamment ravagé la municipalité de Maskinongé, en Mauricie.

    La dernière tornade mortelle remonte à l’été 1994. Une tornade F-02 a causé une tragédie à Saint-Charles-sur-Richelieu le 9 juillet.

    EN RAPPEL : Tornade ou microrafale : savoir lire dans les dégâts

    Dans le cas de la microrafale, il s’agit d’une descente d’air provenant du nuage d’orage causant des vents violents (à plus de 90 km/h) une fois arrivée au sol.

    Ces fortes rafales soufflent dans la même direction engendrant des dégâts en ligne droite. C’est comme si un mur de vent frappait le sol de plein fouet.

    2-La foudre

    La foudre est un danger souvent sous-estimé. Au Canada, on enregistre en moyenne plus de deux millions d’éclairs. La température d'un éclair peut atteindre 30 000 ˚C. Ce phénomène serait la cause d’environ dix décès chaque année (au Canada).

    Même si on entend le tonnerre et que l’orage semble plus éloigné, l’éclair peut se produire dans un rayon d’environ 20 km.

    EN RAPPEL : Voici cinq choses à ne pas faire lors d’un orage

    3-La grêle

    La grêle peut surprendre très rapidement durant un orage. En moyenne, le Québec connait une vingtaine d’épisodes de grêle qui peuvent varier de 4 à 15 minutes.

    La plupart du temps, les épisodes de grêle sont inoffensifs et la grosseur des grêlons ne dépasse pas celle des petits pois.

    Le 27 juillet 2016, des grêlons de la taille de balles de baseball (8 centimètres de diamètre) ont ravagé la région de Saguenay.

    Les vitres de plusieurs véhicules n'ont pas résisté aux impacts, des carrosseries ont été abîmées. Plusieurs résidents ont également rapporté des dommages sur leur propriété.

    On a également vu des grêlons aussi gros en 2013 en Abitibi.

    4-Pluies torrentielles

    Lorsque l’intensité atteint 50 mm d’eau à l’heure, les accumulations sur la chaussée et les crues subites dans les rues mal drainées sont pratiquement inévitables.

    D’ailleurs, Environnement Canada émet un avertissement de pluie torrentielle dans ces circonstances. Un des cas spectaculaires est celui du 29 mai 2012, à Montréal. Jusqu’à 70 mm d’eau sont tombés durant cet épisode en moins d’une heure. On a alors aperçu des geysers jaillir des puisards tellement la pression de l'eau était forte. Le coût des dommages de ces orages a été évalué à plus de 200 millions de dollars.

    5-Chaleur extrême et prolongée

    Ce danger est moins spectaculaire, mais bien réel, en particulier en milieu urbain. Une canicule désigne une période de trois jours consécutifs au cours desquels la température atteint ou dépasse 30 °C.

    La définition d'une vague de chaleur est moins précise que les termes précédents. Cette formule désigne toute période de plusieurs journées au cours desquelles les températures sont nettement supérieures aux normales de saison.

    Dans les deux cas, ce phénomène représente un risque. En milieu urbain, les températures vont diminuer moins rapidement durant la nuit, ce qui augmente l’impact de la chaleur sur une longue période.

    À VOIR ÉGALEMENT : L'ÉTÉ EN 5 CHIFFRES:

    Default saved
    Close

    Chercher un endroit

    Close

    Connexion

    S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité