Expired Nouvelles - Les trois grandes étapes de l’hiver - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Décortiquons l'hiver en trois grandes étapes, soit l’installation, le creux et la démolition. (crédit photo : Daniel LeGresley)

Les trois grandes étapes de l’hiver


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Mardi 22 décembre 2015 à 8 h 37 - L'hiver n’arrive pas à son apogée en une journée. Pour bien illustrer cette réalité, décortiquons la période hivernale en trois grandes étapes, soit l’installation, le creux et la démolition.


 À lire également : les étapes de l'hiverHiver en chiffres | L'hiver en 3 tempêtes


1-L’installation

Cette période est celle de décembre à début janvier, alors qu’on assiste à une intensification du froid et des premières chutes et tempêtes de neige significatives.

« C’est souvent à ce moment qu’on a droit à de la météo active, à des variations de températures marquées, de la grisaille et de la noirceur, puisque la durée des jours est écourtée », explique Réjean Ouimet, présentateur et spécialiste à MétéoMédia.

Crédit photo : Daniel LeGresley

Crédit photo : Daniel LeGresley

2-Le creux

La période du début janvier qui s’étend jusqu’à la mi-février est généralement l’apogée de l’hiver, mais surtout du froid. « Les 36 jours les plus froids de l’année sont dans cette période, malgré un possible redoux à la mi-janvier », ajoute le spécialiste.

La -ou les- vagues de froid extrême surviennent durant ces semaines, alors que les moyennes de températures sont au plus bas. La présence d’une masse d’air arctique agit également comme un anticyclone, ce qui limite généralement les tempêtes.

Il est cependant possible de voir un redoux et de la pluie, comme ce fut le cas en janvier 1998, année de la crise du verglas au Québec.

Crédit photo : Luc St-Louis

Crédit photo : Luc St-Louis

3-La démolition

De la mi-février à la troisième semaine de mars, l’hiver commence à se déconstruire. Les tempêtes hivernales font toujours partie du paysage, mais la hausse progressive des températures fera en sorte que le couvert de neige perdra progressivement de son épaisseur.

La force des rayons du soleil, qui commence à s’accentuer, est aussi un élément qui court-circuite la saison.

Des exceptions à la règle

On peut établir des tendances, certes, mais la saison nous réserve souvent des surprises. « C’est comme la recette du pâté chinois! Il y a une recette, mais chaque famille à la sienne! Il y a donc eu plusieurs dérogations au cours de l’histoire », commente Réjean Ouimet.

Dans les cas d’exception, on peut également inclure le début de la saison hivernale de 2015, où les mois de novembre et décembre ont été particulièrement doux, voire historiquement chauds.
À l’automne 2015, les moyennes ont été plus chaudes qu’à l’habitude de 1 °C à 3 °C dans la majorité des secteurs de la province.

Il y aussi mars 2012, où des records de chaleur, dont certains remontaient à 1946, ont été pulvérisés aux quatre coins du Québec. Plusieurs régions ont connu leurs premiers orages, tandis que certains ont ressenti l'effet de l'indice humidex par moments.

À l’opposée, en 2014, le mois de mars a été l’un des plus froids des 60 dernières années au Québec. Des records pour les températures moyennes enregistrées au cours du mois de mars ont été fracassés dans six villes au Québec, dont à Sherbrooke, Québec et Saguenay.

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité