Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Les pires accidents spatiaux de l'Histoire


Jeudi 11 octobre 2018 à 19 h 46 - Nous avions presque fini par oublier qu'envoyer des hommes dans l'espace ne relevait pas de la simple routine. Lancée jeudi, la fusée Soyouz a dû revenir sur la terre ferme plus rapidement que prévu. Sains et saufs, les deux astronautes à l'intérieur s'en sont très, très bien sortis. Retour sur d'autres échecs spatiaux.


À lire également : Le Québec peut-il être affecté par un ouragan?


Ce jeudi donc, une défaillance d'un moteur survient, après la séparation du premier étage près de 2 minutes après le décollage de l'Américain Nick Hague et le Russe Alexeï Ovtchinine. Ces derniers devaient rejoindre la Station spatiale internationale pour une mission de six mois. La capsule où se trouve l’équipage se détache automatiquement avant de revenir sur Terre sans problème. Dans un calme exemplaire, le cosmonaute (astronaute russe) annonce à son équipe: « Problème de lanceurs, deux minutes 45 secondes. Problème de lanceurs. C'était un vol rapide ! » Depuis, tous les vol pilotés sont suspendus, dont la mission qui devait envoyer dans l’espace le Québécois David Saint-Jacques en décembre prochain.

Ce n'est malheureusement pas la première fois qu'un décollage pour l'espace se passe mal. Les fusées sont même l'un des moyens de transport les plus meurtriers du monde, en proportion. Ainsi, 1,6 % des vols opérés en navette par les États-Unis se sont révélés mortels...

Dans l’ère moderne…

Plusieurs accidents spatiaux ont marqué l’histoire et l’imaginaire comme les explosions en vol de la navette Challenger, en 1986 (sept morts), et plus récemment, de Columbia en 2003 (autant de victimes).



D'autres envois ratés ont causé des pertes humaines depuis. Un des plus meurtriers s’est déroulé en 2003, à Alcantara au Brésil, alors que l’Agence spatiale brésilienne a comme objectif de devenir un pilier en aérospatial. Cependant, trois jours avant le décollage, un des quatre propulseurs de la fusée connaît une défaillance électrique et explose causant une réaction en chaîne. La détonation a tué 21 individus et fait 20 blessés. Cet événement a mis un terme aux ambitions du Brésil de mettre sur pied sa propre agence spatiale, jusqu’en février 2018, lorsque certaines compagnies privées, dont SpaceX, ont manifesté leur intérêt de décoller du Brésil.

Les navettes privées, pas forcément plus sûres

Plus récemment, le 31 octobre 2015, le voyage du vaisseau spatial SpaceShipTwo, de la compagnie Virgin Galactic, est loin de s’être déroulé comme prévu. La mécanique du lancement est déjà ambitieuse: SpaceShipTwo est accroché sous les ailes de l’avion WhiteKnightTwo et doit se décrocher une fois à la frontière de l’espace. L’avion atterrit avec succès alors que le vaisseau, quant à lui, termine sa chute libre dans le désert de Mojave, aux États-Unis. La tragédie emporte avec elle un des deux pilotes de SpaceShipTwo, Michael Alsbury, et blesse le deuxième, Peter Siebold. Il s’agissait d’une mission test dans le but de faire voler des touristes à la frontière de l’espace, le projet audacieux du milliardaire britannique Richard Branson.

Les compagnies privées aux visées spatiales ont encore du chemin à faire avant d’envoyer des astronautes dans l’espace. Bien que SpaceX ait déjà prouvé qu’elle détenait les compétences requises pour décoller sans faille, il lui reste une mise au point à faire quant à l'atterrissage de ses fusées réutilisables.



De nombreux échecs accompagnent le développement de ces engins. Ainsi en janvier 2016, la fusée Falcon 9 revient sur Terre après avoir mis en orbite son premier satellite sans problème. Tout se déroule à merveille: la fusée touche le sol, la mission semble un franc succès… jusqu’à ce qu’une des jambes de la structure retenant la Falcon 9 ne se brise. La fusée tombe alors au sol et explose au moment de l’impact. Heureusement, l’incident n’a fait aucune victime.

Sources : The Conversation | Popular Mechanics

Avec la collaboration spéciale d'Alex Verville

À VOIR ÉGALEMENT : MétéoMédia au coeur de l'ouragan Michael!




Ouragan : devrons-nous parler bientôt de catégorie 6 ?
Rapport sur le climat : une gifle planétaire
La Station spatiale vient d'anéantir un problème d'oxygène
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité