ExpiredNouvelles - Une plante dangereuse continue de proliférer au Québec - MétéoMédia

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles
La berce du Caucase est une plante envahissante qui a une très mauvaise réputation. Avec raison.
REPORTAGE - PLANTES ENVAHISSANTES

Une plante dangereuse continue de proliférer au Québec

chargement de la vidéo...

Joey Olivier
Rédacteur Web - MétéoMédia

Jeudi 11 mai 2017 à 13 h 47 - La berce du Caucase est une plante envahissante qui a une très mauvaise réputation. Avec raison. Il s’agit d’une espèce qui peut provoquer des brûlures graves sur la peau. Malgré les opérations d’éradication, elle a continué de proliférer au Québec au cours des dernières décennies.


À lire également : Ils arrivent! Les 4 pires insectes piqueurs du Québec.


La berce du Caucase est une plante de la famille des Apiaceae. Elle a été introduite au Québec à des fins ornementales depuis au moins 1982. Sa taille peut atteindre jusqu’à 5 m de hauteur.

Elle se répand très rapidement, surtout en bordure des fossés de drainage et des cours d’eau, grâce à son abondante production de graines.

Photo : Elisabeth Groeneveld

La sève de la plante contient des composés toxiques qui, au contact de la peau et avec exposition à la lumière du soleil, peuvent causer des brûlures très importantes du premier au troisième degré (photodermatite). De toutes les plantes envahissantes, la Berce est indéniablement la plus dangereuse pour l’humain. Cette plante prolifère surtout dans le sud du Québec, de Gatineau à Rimouski, jusqu’à La Malbaie, et aussi au Saguenay.

Photo D. Rodrigue

Le fléau a cependant été plus agressif dans certains secteurs, ce qui a forcé les communautés à effectuer des opérations d’éradication. « L’invasion de la berce du Caucase a progressé ces dernières années. Pas nécessairement au niveau géographique sur l’ensemble du territoire, mais il y a certains endroits en Estrie ou en Chaudière-Appalaches, ou dans le Bas-Saint-Laurent, où vous avez des écosystèmes riverains où les populations ont pris beaucoup d’expansion », spécifie Claude Lavoie, biologiste et professeur à l’Université Laval.

Fait intéressant, la berce du Caucase est l’une des rares plantes envahissantes pour laquelle une éradication (élimination complète localement) est possible sur une période de cinq ans.

À son aise dans un climat froid

La berce du Caucase s’adapte très bien dans un climat froid comme celui du Québec. Si le climat tend à se réchauffer au cours des prochaines décennies, ceci pourrait avoir pour effet de ralentir le développement de l’espèce.

« Car les graines ont besoin d’une période de froid pour germer après l’hiver. Mais avant qu’on assiste à cet effet de réchauffement du climat sur les populations, ça prendra encore plusieurs années », commente M. Lavoie.

Comment l’éradiquer?

La bonne nouvelle concernant cette plante néfaste est son éradication. Si vous découvrez quelques plants près de votre résidence, il est facile de s’en débarrasser.

« Il s’agit tout simplement d’extraire la racine du sol avec une pelle. Si vous êtes en présence de plusieurs centaines ou milliers de plants, ce qui peut survenir sur le bord des ruisseaux, il faut y aller méthodiquement. La pelle sera efficace, mais parfois la tâche est tellement de grande envergure qu’il faudra utiliser certains herbicides là où c’est permis. Mais tout ça devra se faire par des professionnels », ajoute le spécialiste. Dans l’état actuel de l’invasion de la berce du Caucase, il serait très surprenant, voire impossible, d’envisager son éradication complète du territoire québécois.

Photo : Claude Lavoie

« Par contre, les expériences qui ont été menées ailleurs -par exemple dans l’état de New York et en Europe- montrent que les campagnes d’éradication bien ciblées peuvent réduire de façon substantielle le nombre de populations », conclut Claude Lavoie.

Bien l’identifier

La berce du Caucase est souvent confondue avec la berce laineuse, surtout dans les régions où cette plante est très présente. La laineuse peut aussi causer des réactions cutanées, mais elles sont moins violentes qu’avec la Caucase.

On peut les différencier grâce à la taille, car celle de la berce du Caucase est plus importante. Sa tige est ponctuée de rouge. Et sur la berce du Caucase, on ne retrouve pas de poils sur l’envers des feuilles.

Ils arrivent! Les 4 pires insectes piqueurs du Québec.
L'été, c'est parfois dangereux. En voici 5 preuves
L’été en 5 chiffres
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité