Expired Nouvelles - Le temps est compté pour le Titanic - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Le temps est compté pour le Titanic


Vendredi 16 février 2018 à 9 h 32 - Même si l’épave est relativement bien préservée par l’immense pression sous-marine et l’absence de lumière, une bactérie vorace pourrait achever de la désintégrer en seulement quatorze ans, d'après certains spécialistes.


À lire également : Bientôt des voyages vers…l’épave du fameux paquebot


Voilà 105 ans que le fameux paquebot « insubmersible » gît au large de Terre-Neuve, à 3 800 mètres de profondeur. Bien que rongées par le sel et recouvertes d'une faune aquatique diverse, les deux parties du navire ont gardé jusqu'à ce jour une allure reconnaissable. On en distingue toujours la proue, certaines ornements, des boiseries, et autres détails. Mieux, le Titanic et son histoire dramatique sont si attractifs qu'au moins deux compagnies prévoient envoyer des touristes sur place, à bord de petits sous-marins :



Une bactérie achève le travail de l'iceberg

Mais une bactérie serait en voie de mettre une fin définitive à l'épave la plus célèbre du monde. En 1991, une étude des stalactites de rouille prélevés sur place a mis en évidence Halomonas titanicae : ce micro-organisme unique au monde est une mutation d'un type de bactérie que l'on retrouve notamment dans des marais salants. Halomonas titanicae est quant à lui friand de métal, et a déjà lentement mais largement entamé la structure du paquebot, un repas de 50 000 tonnes.

D'après une nouvelle étude menée par les Dr Henrietta Mann et Bhavleen Kaur, de l'université Dalhousie d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, il ne resterait plus que « quinze à vingt ans » avant que le Titanic ne soit transformé qu'en un tas informe de poudre de rouille sur le lit de l'océan. Quatorze ans même, avancent certains chercheurs. Ces estimations se basent sur deux décennies d'étude sur les micro-organismes trouvés sur le paquebot.

Cependant, la bactérie n'est pas le seul facteur à prendre en compte. Les courants marins malmènent par exemple la structure. Et le tourisme à venir devrait lui aussi avoir un impact sur le Titanic, qui n'a aucune chance d'être sauvé.

Source : BBC | Le Figaro

À VOIR ÉGALEMENT : Bientôt des croisières sur le Saint-Laurent en hiver




Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité