Expired Nouvelles - Le pire ennemi pour les allergies, le voici. - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Cette plante n’est malheureusement pas sur le point de disparaître du paysage, et ce, malgré les campagnes d’éradication.
REPORTAGE - PLANTES ENVAHISSANTES

Le pire ennemi pour les allergies, le voici.


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Jeudi 27 juillet 2017 à 8 h 30 - L’herbe à poux est un véritable cauchemar pour les personnes qui souffrent de rhinites allergiques. Cette plante n’est malheureusement pas sur le point de disparaître du paysage, et ce, malgré les campagnes d’éradication. Ce combat contre cette machine à produire du pollen vaut cependant la peine d’être maintenu.


À lire également :  La plante la plus envahissante du Québec, la voici


Un seul individu peut produire des milliards de grains de pollen très allergène. Selon les estimations, il y aurait plus de 10 % de la population qui souffre du rhume des foins (rhinite allergique). De plus, c’est une nuisance en agriculture. L’herbe à poux est une plante indigène en Amérique du Nord, donc elle a toujours été présente.

« Elle a pris beaucoup d’expansion dans le sud de la province, probablement au début du siècle en raison du transport du fourrage (contaminé par des grains) d’une région à l’autre », explique Claude Lavoie, biologiste et professeur à l’Université Laval.

Ce qui a surtout expliqué sa grande expansion, c’est le développement du réseau routier. Les bords et les talus des routes, c’est-à-dire le premier mètre près de la chaussée, sont des habitats propices à son développement. C’est donc pour cette raison qu’elle prolifère à vitesse grand V depuis le début des années 60.

Photo : Lyne Coutu, Joliette, Québec

Chaque année, de nombreuses municipalités tiennent des campagnes de sensibilisation à l’arrachage de l’herbe à poux. Ce combat est cependant digne de David contre Goliath.

« On peut faire des gains, mais évidemment, c’est une espèce très prolifique au niveau des graines. Un seul plant peut en produire 3000. Cela étant, il ne faut pas baisser les bras. Sinon cela signifie qu’on accepte qu’une partie de la population soit affectée par les rhinites allergiques », souligne le biologiste, qui soutient également que plusieurs des campagnes d’éradication donnent des résultats.

À l’instar de plusieurs autres plantes envahissantes, un éventuel réchauffement climatique aura pour effet de favoriser la croissance de l’herbe à poux au cours des prochaines décennies.

« Il a même été démontré dans la grande région de Montréal. La saison de l’herbe à poux débute plus tôt. La plante produit ses fleurs plus tôt en saison et va durer plus longtemps », conclut Claude Lavoie.

Les coûts de cette allergie pour le système de santé québécois se situaient entre 156 et 240 millions de dollars par année (en 2005).

Selon un rapport sur la rhinite allergique de l’Institut national de santé publique du Québec, la moitié des diagnostics médicaux de rhinite allergique sont rapportés comme étant une allergie au pollen de l’herbe à poux.

Voici les principaux symptômes : 

  • éternuements, écoulements nasaux,
  • picotements dans la gorge,
  • larmoiement et sensation d’égratignure ou de brûlure aux yeux pouvant mener à une conjonctivite.


À VOIR ÉGALEMENT : LA PIRE PLANTE POUR LES LACS :

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité