ExpiredNouvelles - Le braconnage continue même dans les sites protégés - MétéoMédia

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles

Le braconnage continue même dans les sites protégés


Théodore Doucet
Rédacteur - MétéoMédia

Mercredi 19 avril 2017 à 16 h 37 - Un rapport du Fonds mondial pour la nature (WWF) assure que près de la moitié des sites naturels classés au patrimoine mondial de l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) est théâtre de braconnage ou d’exploitation forestière.


À lire également : La plus célèbre des girafes accouche devant des millions


Les espèces animales et végétales menacées d’extinction sont « victimes de prélèvement illégal dans 45 % » de ces zones, estime l’ONG dans un rapport publié mardi.

Les sites protégés par l’UNESCO sont le dernier habitat pour certaines espèces menacées. C’est le cas par exemple pour le rhinocéros de Java, en Indonésie, ou le marsouin de Californie, qui vit dans le golfe du Mexique.

Éléphants, rhinocéros et tigres font aussi partie des espèces victimes de braconnage dans au moins 43 sites du patrimoine mondial, qui compte près de 200 entités. Étant donné que près d’un tiers des tigres à l’état sauvage et 40 % des éléphants d’Afrique vivent dans ces zones, le constat est alarmant.

Connus pour leur beauté, biodiversité, géologie et écologie exceptionnelles, les sites naturels du patrimoine mondial accueillent une grande diversité de faune et de flore.

Connus pour leur beauté, biodiversité, géologie et écologie exceptionnelles, les sites naturels du patrimoine mondial accueillent une grande diversité de faune et de flore.

Les réseaux de commerces mafieux sont pointés du doigt pour expliquer l’étendue de ces attaques à la biodiversité.

Le marché du commerce illégal d’espèces sauvages se situerait entre 15 et 20 milliards USD, ce qui le classe au quatrième rang mondial des commerces illicites après la drogue, la contrefaçon et le trafic d’êtres humains, d’après le rapport.

Le commerce illégal de bois s'élèverait quant à lui à une somme comprise entre 30 et 100 milliards USD par an.

Sources : France Info | La Cote | WWF 

À VOIR AUSSI : LES PUNAISES ROUGE ET NOIR, QUE FAIRE DE CET ENVAHISSEUR ?

Des icebergs massifs sur les côtes de Terre-Neuve
Le premier satellite albertain est parti pour l’espace
Une crevette nommée d’après les Pink Floyd. Voyez pourquoi.

Laisser un Commentaire

Que pensez-vous de cette question? Participez à la conversation.
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité