Expired Nouvelles - La première route vers le Grand Nord - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

La première route vers le Grand Nord


Mercredi 15 novembre 2017 à 16 h 27 - La première route canadienne vers l'Arctique est ouverte et elle relève de l'exploit.


À lire également : La première mine de diamants au Québec inaugurée


C'est loin, c'est froid mais c'est beau. La première route canadienne vers l'Arctique est désormais ouverte. Et sa construction relève de l’exploit. Elle était attendue depuis longtemps. Après quatre ans de travaux, elle est enfin là. Cette route longue de 140 kilomètres va permettre de relier Inuvik, dans le delta du fleuve Mackenzie, à la communauté inuite Tuktoyaktuk.

Construire une route dans le Grand Nord, c’est loin d'être facile. La route de 140 kilomètres a été construite l’hiver - durant quatre hivers pour être exact - quand le sol était très solide. Le mercure descendait parfois sous la barre des moins 50 degrés Celsius et, pendant des mois, il n’y avait pas de luminosité.

« C’est vraiment de l’expérimentation », explique Dean Ahmet, à Radio-Canada, l’ingénieur qui a supervisé la construction de ce projet de 300 millions de dollars, financé en partie par le gouvernement fédéral. « Il y a très peu d’autoroutes qui existent au nord du cercle polaire. On espère donc apprendre de cette route et voir comment elle va se comporter », ajoute-t-il.

Rien que de déterminer un tracé de 140 kilomètres était un défi. Sur ce territoire, au nord de la limite des arbres, les lacs - petits et grands - sont omniprésents.

Pourquoi une route vers l'Arctique ?

Au départ, le projet, lancé sous le gouvernement de Stephen Harper en janvier 2014, devait être la « route des ressources ». Une route qui aurait facilité l’exploitation pétrolière et gazière dans la mer de Beaufort. Mais en décembre dernier, le premier ministre Justin Trudeau a interdit tout nouveau forage dans l’Arctique, bloquant du même coup les espoirs de relance économique de plusieurs, au point d’arrivée, à Tuktoyaktuk. 

Les communautés situées sur les rives de la mer de Beaufort seront donc désenclavées mais ne pourront pas exploiter les ressources minières. L’acheminement des denrées et le tourisme devraient toutefois faciliter leurs conditions de vie.

Source : Radio-Canada.

À voir également : L'Arctique fond plus vite que prévu

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité