Expired Nouvelles - La pire peste des plantes envahissantes - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Cette plante est teigneuse et un cauchemar à éradiquer.
REPORTAGE - PLANTES ENVAHISSANTES

La pire peste des plantes envahissantes

Consultez notre dossier exclusif Aperçu de l’été afin de connaître l’allure de la prochaine saison estivale ainsi qu’un avant-goût du début de l’automne.


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Vendredi 26 mai 2017 à 9 h 00 - Une plante ultra teigneuse se fait de plus en plus connaître au Québec, surtout en raison de sa force et de son ampleur qui peut carrément empêcher d’autres espèces de se développer. Il s’agit de la renouée du Japon.


À lire également : Berce du Caucase, la plus dangereuse pour la peau


Cette plante de la famille des Polygonaceae est présente au Québec depuis plus d’un siècle. Sa croissance rapide au cours des dernières années a fait sa renommée.

« C’est clair que cette plante prend beaucoup d’expansion. C’est surtout vrai en bordure des rivières », confirme Claude Lavoie, biologiste et professeur à l’Université Laval.

La plante, qui forme parfois d’immenses clones -soit un ensemble de tiges identiques provenant du même réseau de racines- de plusieurs centaines de mètres de longueur, est assez forte pour transpercer une surface asphaltée, voire s’infiltrer dans des fissures de béton.

Elle devient une véritable peste en raison de la taille (elle cache le soleil aux autres espèces) et à cause de ses racines qui libèrent des toxines qui seraient néfastes pour les autres espèces. 

Photo : Marie-Claire Leblanc Groupe De Recherche En écologie Des Tourbière GRT

Aucune preuve scientifique n’existe cependant sur les véritables effets de ces toxines. On la retrouve dans toutes les régions du Québec, et ce, jusqu’à Harrington Harbour, sur la Basse-Côte-Nord.

À l’instar de plusieurs autres plantes envahissantes, la renouée du Japon a été introduite pour des fins horticoles. «Elle est particulièrement abondante dans des milieux urbains, dans les friches urbaines ou sur les terrains des particuliers. Là où elle prend beaucoup plus d’expansion, c’est vraiment en bordure des rivières. J’ai vu certaines rivières en Chaudière-Appalaches où vous avez des renoués du Japon qui occupent des centaines et des centaines de mètres en front continu sur les rives. On ignore tout de l’effet de ces plantes-là sur les fonctions que peuvent occuper ces bandes riveraines, comme la protection contre l’érosion ou la filtration contre les polluants », ajoute M. Lavoie.

Photo prise en 2009 dans le Parc national du Bic lors d'une opération d'éradication. Photo : SÉPAQ

Extrêmement résistante

La renouée du Japon est très résistante aux conditions plus hostiles comme la chaleur extrême, la sécheresse ou les inondations. Elle est l’une des plus difficiles à éradiquer. « C’est tout un combat! La principale raison est que les deux tiers de sa biomasse se trouvent sous la surface du sol sous forme de racines (qui peuvent atteindre dans certains cas trois mètres de profondeur) », spécifie Claude Lavoie.

Il est donc extrêmement difficile de trouver des stratégies efficaces afin d’enrayer la partie souterraine de la plante, et ce, même avec l’utilisation d’herbicides. Rassurez-vous, si vous avez deux ou trois tiges sur votre terrain, il est possible de l’éradiquer en soutirant complètement les racines. Mais si la colonie s’étend sur plusieurs dizaines de mètres carrés, l’opération s’annonce pénible.

Photo prise en 2009 dans le Parc national du Bic lors d'une opération d'éradication. Photo : SÉPAQ

Favorisée par les changements climatiques

Cette espèce se développe rapidement au printemps. Elle aime la chaleur, ce qui fait en sorte que les changements climatiques risquent d’accélérer sa croissance si le climat se réchauffe au cours des prochaines décennies.

« L’espèce se reproduit désormais par graines, ce qu’elle ne faisait pas avant puisque les premiers gels fauchaient la plante avant que les graines aient atteint leur maturité. La renouée du Japon est l’un des rares exemples documentés qui démontrent les effets réels du réchauffement du climat sur les plantes envahissantes. Avant, elle ne produisait pas de graines. Maintenant, jusqu’à 60 % à 70 % des graines parviennent à maturité », explique Claude Lavoie.

À VOIR ÉGALEMENT : LA BERCE DU CAUCASE, UNE MENACE POUR LA PEAU :


À VOIR ÉGALEMENT : 6 BACTÉRIES QUI PEUVENT VOUS RENDRE MALADE :

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité