ExpiredNouvelles - La glace, un problème cet hiver. Voyez pourquoi. - MétéoMédia

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles
Avez-vous l’impression que la glace est omniprésente au Québec depuis le début de l’hiver? Vous avez raison. Crédit EvilBruno -Twitter

La glace, un problème cet hiver. Voyez pourquoi.

chargement de la vidéo...

Trouver votre prévision
    Joey Olivier
    Rédacteur Web - MétéoMédia

    Mercredi 11 janvier 2017 à 14 h 44 - Avez-vous l’impression que la glace est omniprésente au Québec depuis le début de l’hiver? Vous avez raison, mais ce n’est pas seulement à cause du verglas. Les nombreuses variations de température à la suite des redoux expliquent en grande partie pourquoi les trottoirs se sont rapidement transformés en patinoire.


    À lire également : Trucs de grand-mère pour briser la glace


    En d’autres mots, on glisse sur un patron météo favorable à la glace et probablement difficile pour les responsables de l’épandage d’abrasifs. Depuis le début de la saison hivernale, le Québec a connu sept épisodes de verglas.

    En moyenne, on enregistre 13 jours de verglas durant un hiver normal. On ne peut donc pas affirmer actuellement que la pluie verglaçante est l’unique responsable de cette situation. « Le problème cette année, ce sont les variations de température. On passe d’une situation de redoux (souvent avec de la pluie) à un épisode de froid, et ce, assez rapidement », explique André Monette, chef météorologue à MétéoMédia.

    Selon Réjean Ouimet, présentateur et spécialiste à MétéoMédia, le Québec a connu des épisodes problématiques (neige, pluie, verglas et gel rapide) pour la formation de la glace à neuf reprises depuis le début de la saison.

    « Durant un hiver normal, on compte environ de 10 à 15 jours où le contexte météo produit de la glace sur les routes et les trottoirs. C’est donc dire que notre hiver est hyperactif à ce chapitre cette année. Surtout que les redoux n’ont pas été assez intenses pour faire fondre la glace déjà existante », dit-il.

    Course contre la montre

    Les autorités doivent composer avec la météo lors des opérations d’épandage. Le délai de gel est primordial. « Par exemple, le 4 janvier, il s’est écoulé environ 8 h entre le moment où la surface du sol était liquide et le gel. Le 26 décembre, ce délai a été de 30 h », confirme Réjean Ouimet.

    L’histoire se répète de jeudi à vendredi

    Le patron météo de l’hiver restera fidèle à sa personnalité cette semaine. Jeudi, on prévoit de 5 à 15 mm d’eau sur certains secteurs, dont Montréal. Par la suite, le mercure passera de 4-5 °C (jeudi après-midi) à environ -15 °C (vendredi soir). Les accumulations d’eau vont donc geler une fois de plus.

    « Les automobilistes et les piétons devront se méfier des routes et des trottoirs », ajoute André Monetteé

    Glace noire : l’ennemi numéro 1

    La glace noire est le danger le plus sournois sur une route. Elle est souvent confondue avec un reflet banal ou dissimulée sous une fine couche de neige. Si les abrasifs sont absents ou pas suffisamment efficaces, il n’est pas rare que l’automobiliste ait perdu le contrôle de son véhicule avant même qu’il puisse réagir.

    Les facteurs météo derrière le phénomène sont les températures sous 0 °C, l’humidité élevée et les vents légers. Évidemment, la pluie verglaçante est également un cas typique d’une rue transformée en patinoire.

    Trucs de grand-mère pour dompter la glace
    Le jus de betterave comme déglaçant se popularise
    Default saved
    Close

    Chercher un endroit

    Close

    Connexion

    S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité