ExpiredNouvelles - El Niño à égalité avec le record de 1997-98 - MétéoMédia

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles
Étape importante dans l'évolution du phénomène qui affecte le climat dans le monde.

El Niño à égalité avec le record de 1997-98

chargement de la vidéo...

Joey Olivier
Rédacteur Web - MétéoMédia

Jeudi 7 janvier 2016 à 10 h 47 - On peut désormais affirmer que le phénomène El Niño est aussi intense cette année qu’en 1997-98. L’écart positif de températures de l’eau de surface dans la zone équatoriale du Pacifique a été de 2,3 °C pour la période d’octobre à décembre. Cette nouvelle donnée provient de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).


  Dossier Aperçu : Aperçu de l'hiver | Un printemps pressé d'arriver | Le creux de l'hiver fragile 


En 1997-98, soit la dernière année record d’El Niño, l’eau du Pacifique avait également été 2,3 °C plus chaude qu’à l’habitude (d’octobre à décembre).

Les trois El Niño les plus intenses depuis qu’il est étudié (1950) sont donc ceux de 1997-98, 2015-16 et 1982-83. En 1998, cet écart positif de 2,3 °C avait perduré jusqu’en janvier. Reste à voir maintenant si l’intensité du phénomène en janvier 2016 restera suffisante pour lui assurer l’ultime première position.

Concrètement, la première conséquence concrète d’un El Niño intense est la hausse des températures et du temps plus sec dans plusieurs régions du globe.

Au Québec, les météorologues de MétéoMédia ont prévu un hiver moins froid que l’année dernière en considérant El Niño comme un facteur important. Le mois de décembre très doux a été représentatif de cette tendance climatique. Par exemple, à Val-d’Or, la moyenne des températures a été de -3 °C en décembre, alors qu’elle est généralement de -12 °C ! Montréal a aussi battu le record du plus grand nombre de journées consécutives avec des températures maximales égales ou supérieures à 0 °C.

Au Canada, on considère que les impacts indirects de cette chaleur amènent un hiver plus doux dans plusieurs provinces, surtout dans l’Ouest.

Crédit : NOAA

Encore intense jusqu’au printemps

Selon les prévisions de l’Agence américaine, El Niño restera fort d’ici la fin de l’hiver pour ensuite revenir à la normale en deuxième moitié du printemps, voire au début de l’été.

Rappelons qu’en novembre dernier, la température de l’eau de surface dans la zone équatoriale du Pacifique a été 2,35 °C plus élevés que la normale. Il s’agissait d’un nouveau record mensuel.

Source : NOAA

EN VIDÉO : TENDANCE JANVIER ET FÉVRIER :

Froid : le coeur de l’hiver sera très fragile
Du nord au sud, des inondations monstres
Plus chaud au pôle Nord qu’au Québec !
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité