Expired Nouvelles - Des ouragans plus intenses : la faute au réchauffement ? - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Des ouragans plus intenses : la faute au réchauffement ?


Mardi 29 août 2017 à 13 h 10 - Ouragan, tempête tropicale, peu importe leur classification, les phénomènes climatiques violents pourraient être la conséquence directe du réchauffement climatique, d'après des climatologues. 


À lire également : Pourquoi Harvey est-il encore plus dangereux maintenant ?


Si vous vous demandez s'il y a un lien entre ouragans et réchauffement climatique, la réponse est oui. Des scientifiques du GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, viennent de le prouver.

Avec l'augmentation des températures, les phénomènes violents, comme Harvey, risquent d'être plus intenses mais pas plus fréquents.

Petite précision sémantique au passage : typhon, ouragan et cyclone représentent la même chose. Ils désignent un phénomène tourbillonnaire des régions tropicales accompagnés de vents dont la vitesse est supérieure ou égale à 64 nœuds c'est-à-dire 118 km/h.

Le terme cyclone est réservé à l'océan Indien et au Pacifique sud. On parle en revanche d'ouragan en Atlantique nord et dans le Pacifique nord-est et enfin de typhon dans le Pacifique nord-ouest.

La chaleur humide en cause

Il faut trois conditions pour former un cyclone: une eau supérieure à 26°C sur 60 mètres de profondeur, une quantité suffisante d'humidité dans l’atmosphère et une perturbation produisant des vents tourbillonnants. Au contact de l'océan, l'air devient très chaud et s'élève au-dessus de la mer, avec une spirale d'air plus frais vers le centre de la dépression. Cet air instable produit une activité orageuse, dont l'ampleur croît proportionnellement à la chaleur et l'humidité.

"Plus la température de l'eau et le taux d'humidité sont élevés, plus le cyclone peut prendre de l'intensité. Or, ces deux éléments sont plus intenses du fait de l'augmentation de l'effet de serre, explique la climatologue. On considère qu'il y a 7% d'humidité en plus dans l'atmosphère par degré de réchauffement", précise Valérie Masson-Delmotte, membre du GIEC. Et d'ajouter : "On considère qu'il y a 7% d'humidité en plus dans l'atmosphère par degré de réchauffement." 

Des cyclones de plus en plus éloignés de l'Équateur

Ces tempêtes sont, non seulement plus intenses, mais elles se déplacent vers les pôles dans les deux hémisphères. Cela pourrait être lié à l'expansion de la ceinture tropicale, c'est-à-dire des zones de part et d'autre de l'Équateur où règnent un climat chaud et humide. Le décalage de l'activité cyclonique dans l'Atlantique nord pourrait, selon Météo-France, rendre la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique "plus paisibles, au détriment de la côte est des États-Unis".

Source : GIEC, AFP, Sciences-Avenir.

À VOIR ÉGALEMENT : Harvey en images.

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité