Votre météo quand ça compte vraiment MC
MES ENDROITS:

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

Découvrez le déchétarisme : l'épicerie dans les poubelles


Théodore Doucet
Rédacteur - MétéoMédia

Mercredi 11 juillet 2018 à 10 h 23 - Fouiller dans les poubelles ne rime pas toujours avec nécessité. C'est devenu un mode de vie et de consommation pour toute une communauté, au Québec comme autour du monde. Outre l'avantage d'économiser, cette pratique nommée déchétarisme, ou « dumpster diving » revendique une lutte contre le gaspillage alimentaire.


À lire également : Mars au plus près de la Terre, du jamais vu depuis 15 ans !


« C’est comme une chasse au trésor à chaque fois, tu n’as aucune idée de ce que tu vas trouver », s'amuse Lany Chabot-Laroche, résident du Plateau à Montréal et adepte du déchétarisme depuis trois ans. Plus besoin d’aller à l’épicerie. Une heure par semaine à fouiller dans les poubelles de quelques commerces lui suffit pour trouver des aliments frais, en bon état. « Les dates [de péremption] veulent dire très peu de choses, ça donne simplement une idée générale » de leur fraîcheur, continue-t-il. Ce mode de consommation permettrait au jeune homme d'économiser jusqu'à...5 000 $ par année ! Et lorsque la « pêche » est trop abondante pour ses propres besoins, M. Chabot-Laroche organise des potlucks ou les redistribue via les réseaux sociaux.

Une pratique pas si marginale

La communauté des « plongeurs » de Montréal est particulièrement développée. Deux groupes Facebook, où l'on s'échange les bons endroits où fouiller ou encore les calendriers de rejet des épiceries, distributeurs et autres supermarchés, rassemblent ainsi près de 10 000 abonnés - ce qui n'indique en aucun cas que tous se prêtent à cette sorte de glanage urbain.

Le déchétarisme se pratique à longueur d'année, mais la saison idéale tourne autour du mois d'octobre, lorsque les températures fraîches conservent parfaitement les aliments disposés à l'extérieur.

La pratique prête certains à sourire, mais elle est une réponse au gaspillage alimentaire insupportablement élevé dans les pays développés : au Canada, 40 % de la nourriture serait dilapidée, pour une valeur totale avoisinant 31 milliards de dollars par an.

À VOIR ÉGALEMENT : Comparer le poids du vivant sur Terre en un graphique




Québec : une application pour les zones inondables
Enfants bloqués dans une grotte : l'issue, enfin!
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité