Expired Nouvelles - Cinq preuves que l’hiver a été rude, extrême et bizarre - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles

BILAN HIVER QC

Cinq preuves que l’hiver a été rude, extrême et bizarre


Joey Olivier
Chef contenu éditorial - MétéoMédia

Vendredi 23 mars 2018 à 8 h 55 - Le Québec compte toujours sur l’héritage d’un hiver qui a été parfois rude, parfois doux, mais aussi extrême. Voici cinq faits étonnants sur la dernière saison.


À lire également : Une (grosse) surprise au début du mois d’avril. La voici. 


1-Une fin à l’envers

La fin de l’hiver a été plus douce que le début du printemps. Un peu bizarre. C’est que le froid a complètement flanché, en février, à partir de la Saint-Valentin.

Résultat, on a eu droit à une volte-face de températures et on a enregistré un mois jusqu’à 4 ˚C plus doux que la moyenne dans l’extrême sud du Québec. Cette tendance douceur au début du mois de mars puisque les températures ont été 5 ˚C que la normale du 1er au 15 mars.

Ensuite, revirement spectaculaire, on termine le mois 3 ˚C sous la moyenne dans le sud du Québec.

2-Rude et extrême

Le départ hivernal a été fulgurant. En décembre, les températures ont été de 3 ˚C à 4 ˚C plus froids qu’en temps normal dans la majorité des secteurs.

C’est surtout la vague de froid exceptionnelle qui a débuté le 26 décembre (jusqu’au 7 janvier) qui a marqué au fer rouge l’esprit des Fêtes. Mais encore une fois, l’extrême a été suivi d’un redoux exceptionnel qui a permis d’atteindre la barre des 10 ˚C dans certains secteurs du 11 au 12 janvier.

Cette douceur a pris fin abruptement avec une tempête majeure (plus de 30 cm à Montréal) du 12 au 13 janvier. Bref, elle n’est pas reposante la météo au Québec !

À VOIR ÉGALEMENT : QUATRE CHOSES À SAVOIR SUR LA MÉTÉO :



3-Une neige tenace

Le redoux de la mi-février à la mi-mars n’a pas réussi à faire disparaître complètement la neige au sol. Si bien qu’en date du 21 mars, la majorité des villes de la province avait une épaisseur neigeuse plus importante qu’en temps normal.

Plus de 100 cm à Saguenay et à Sept-Îles. À Montréal, il reste 40 cm (la moyenne est de 10 cm). Pourtant, la métropole a seulement reçu deux bordées significatives depuis le 16 février.

Morale de l’histoire, la texture de la neige glacée et le retour du froid feront perdurer le plaisir jusqu’en avril.

4-Pas de tempêtes, pas de soleil!

Le Québec a évité quatre tempêtes majeures durant le mois de mars. Pourquoi ? Le contexte atmosphérique a fait en sorte qu’elles ont frappé le nord-est des États-Unis. Pendant ce temps, pas de soleil au Québec pendant les 15 premiers jours de mars.

5-L’hiver climatologique plus froid

Ce point est un peu théorique, mais révélateur de l’allure du patron météo dominant. Il y a deux types de définition de la saison hivernale, soit l’hiver climatologique (du 1er décembre au 28 février) et l’hiver astronomique (21 décembre au 20 mars).

Donc, cette année, l’hiver climatologique a été plus froid dans le centre et le sud du Québec (c’est-à-dire que les moyennes de températures ont été plus basses que durant l’hiver astronomique). Quant à l’extrême nord de la province, dans l’est du Québec et les Maritimes, l’hiver astronomique a été plus doux que la moyenne. 

À VOIR ÉGALEMENT: UNE NEIGE SANS FIN AU QUÉBEC:




Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité