Expired Nouvelles - 2017 pourrait être plus riche en ouragans que prévu - MétéoMédia
Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Nouvelles
L'agence américaine responsable de l'analyse de l'atmosphère et des océans a revu à la hausse ses prévisions sur la saison des ouragans.

2017 pourrait être plus riche en ouragans que prévu


Théodore Doucet
Rédacteur - MétéoMédia

Jeudi 10 août 2017 à 19 h 40 - Alors que la saison des ouragans est à son apogée, les experts de l’Agence américaine d’étude océanique et atmosphérique (NOAA) estiment qu’elle pourrait être encore plus intense qu'initialement prévu.


À lire également : De son cockpit, il photographie les orages comme personne


La saison des ouragans pourrait être la plus active depuis 2010, d'après les nouvelles estimations de la NOAA publiées mercredi. Le fait que les eaux de l'Atlantique sont plus chaudes que d'habitude, et que El Niño a très peu de chances de se former explique, d'après la NOAA, que cette saison des ouragans soit très active. Par rapport à leur première prévision délivrée en mai dernier, les météorologues prévoient désormais qu'il existe 60 % de chances que 2017 soit une année au-dessus des normales, avec entre 14 et 19 tempêtes nommées, soit un peu plus que les onze à 17 prévues jusqu'ici

En moyenne, ce sont douze ouragans qui se forment chaque année dans le bassin Atlantique.

Cette nouvelle prévision est plus pessimiste que celle annoncée par la même agence en mai dernier. La NOAA misait alors sur l’absence du phénomène El Niño cette année pour ses prévisions sur la saison des ouragans en cours. Il y avait, selon ce rapport, près d’une chance sur deux (45 %) que la saison soit plus prolifique que la moyenne. En avril dernier, l'université du Colorado, un autre organisme à estimer les tempêtes tropicales, était elle-même plus optimiste que la NOAA, comme ce tableau le montre :

Aujourd'hui, six tempêtes ont été nommées, et la dernière, Franklin, a même atteint le stade d'ouragan le 9 août dernier.

Plus d’ouragans ne signifient pas que leur impact sur terre sera plus intense. Ce facteur-là est déterminé par la trajectoire que prendront ces monstres météorologiques. Concrètement, l’absence d’El Niño représente un plus faible cisaillement des vents, un des ingrédients nécessaires à la formation d'ouragans qui ont besoin de conditions et de vents plus stables. Un faible cisaillement permet aussi à des vents plus chauds de faire grimper la température de l'eau en surface. L'eau chaude est le second ingrédient qui sert de carburant à la formation d'un système tropical.

À l’inverse, un El Niño puissant et un cisaillement des vents plus important ralentissent généralement le développement des ouragans de l'Atlantique.

En général, la saison des ouragans et des tempêtes tropicales débute le 1er juin et s’achève le 30 novembre. Mais en avril dernier, la tempête Arlene a déjoué les statistiques pour devenir l’un des systèmes tropicaux les plus précoces de l’histoire.

Source : NOAA

À VOIR AUSSI : TOP 5 des ouragans et tempêtes tropicales au Canada

Des super cyclones découverts sur Jupiter par la sonde Juno
La scénique Route 1 défigurée en Californie
Comment se forme un halo dans le ciel
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité