ExpiredNouvelles - « El Niño côtier » tue plus de 70 personnes - MétéoMédia

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia

Europe

Nouvelles

« El Niño côtier » tue plus de 70 personnes

chargement de la vidéo...

Théodore Doucet
Rédacteur - MétéoMédia

Samedi 18 mars 2017 à 20 h 12 - L’eau anormalement chaude de l’océan Pacifique près des côtes du Pérou a provoqué des crues subites, des glissements de terrain et des inondations particulièrement spectaculaires et dévastatrices. Explications.


À lire également : Il survivent à une éruption volcanique


Les pluies intenses que connaît le Pérou depuis fin janvier ont saturé les réseaux de drainages dans de nombreuses villes côtières. Les conséquences de ce trop-plein d’eau ont déjà tué 72 personnes dans des inondations, glissements de terrain et crues subites. Il s’agit de la pire catastrophe de ce genre depuis près de vingt ans.

« El Niño côtier » à l’origine des ravages 

Mais vendredi, une partie du pays s’est réveillée par une nouvelle vague de catastrophes. Les images parlent d’elles-mêmes :

L’eau potable a disparu des robinets de la capitale Lima depuis le début de la semaine et 811 villes ont déclaré l’état d’urgence. Depuis le début de l’année, 1230 km de routes et 117 ponts ont été détruits, tandis qu’on dénombre 72 000 sinistrés dont les maisons ont été endommagées.

Les eaux très chaudes près des côtes du Pérou sont à l’origine des ravages. Elles ont atteint 29 °C en mars alors que la normale à cette époque de l’année se situe entre 24 et 25 °C. Les experts péruviens ont surnommé ce phénomène local « El Niño côtier ».

Dans cette région, l'océan est entre 4 et 5 °C plus chaud que la normale. Crédit NOAA.

Ce dernier n’a aucun effet sur le climat mondial contrairement au El Niño « global » qui est neutre depuis plusieurs mois. Mais localement, cette chaleur favorise la formation de grosses dépressions qui se déversent ensuite sur les terres. 

Selon le Comité multisectoriel pour l’étude du phénomène au Pérou (ENFEN), des vents du nord auraient favorisé depuis la fin de l’année 2016 le déplacement des masses d’eau chaude de l’Amérique centrale jusqu’au sud.

Sources : NOAA | BBC | CBC

À VOIR AUSSI : L'ÉROSION FAIT VACILLER UNE MAISON

Tempête: Des centaines de milliers de litres de lait perdus
Magnifique, la mer "brille" depuis deux jours en Australie
Des patates sur Mars
Échappés belle alors que leur voiture coule dans un lac gelé

Laisser un Commentaire

Que pensez-vous de cette question? Participez à la conversation.
Default saved
Close

Chercher un endroit

Close