Le gros joueur qui pourrait bouleverser l’automne québécois, le voici

La Niña, c’est-à-dire l’anomalie des températures dans le centre ouest de l’océan Pacifique, est de faible intensité mais devrait gagner en force d’ici quelques semaines. Si ce scénario se concrétise, les répercussions se feront sentir jusqu’en Atlantique, et l’automne québécois pourrait indirectement en subir les conséquences.