Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Voici pourquoi il ne faut pas relâcher votre poisson rouge n'importe où

mercredi, 14 avril 2021 à 08:55 - Le rejet de poissons de compagnie ou de toute espèce aquatique envahissante dans les cours d'eau locaux pourrait avoir de graves conséquences pour les écosystèmes.


Une nouvelle campagne de sensibilisation des gouvernements fédéral et provincial encourage les gens à trouver des alternatives au rejet de poissons de compagnie dans les cours d'eau s'ils ne peuvent plus s'en occuper. La liste est longue : la famille, les amis, les refuges pour animaux, les centres scientifiques, les zoos, les aquariums, les écoles ou encore des organisations communautaires.

En effet, des animaux aquatiques populaires comme les poissons rouges ont été repérés dans de nombreux ruisseaux et étangs du sud de l'Ontario, en particulier dans les collectivités situées le long des rives nord des lacs Ontario et Érié. Ce phénomène n'est pas nouveau, c'est même un problème récurrent au Canada depuis plus de 20 ans.

Des impacts significatifs sur les écosystèmes

Les impacts négatifs sur les environnements locaux dépendent des espèces de poissons qui ont été immergées. Dans de nombreux cas, comme beaucoup de ces poissons d'aquarium relâchés dans la nature sont d'origine tropicale ou subtropicale, ils sont susceptibles de périr en automne et en hiver.

Cependant, il existe des espèces plus tempérées qui peuvent survivre à nos conditions météorologiques rigoureuses, augmentant ainsi le risque de causer des dommages aux écosystèmes locaux. Un poisson rouge, par exemple, peut survivre pendant l'hiver, car il provient des eaux plus froides d'Asie.

huy-phan-nJrSZM OaJg-unsplash

Photo: Huy Phan/Unsplash

Ces poissons peuvent apporter des maladies et surtout ils entrent en compétition avec les espèces indigènes pour la nourriture et l'habitat. Un exemple de poisson envahissant qui a eu des impacts substantiels sur les espèces indigènes est le gobie à taches noires, un petit poisson de fond originaire d'Europe de l'Est. En moins d'une décennie, le gobie à taches noires s'est propagé dans les Grands Lacs et a également été trouvé dans de plus petits plans d'eau. Dans certains cas, le poisson a atteint des densités de plus de 100 poissons par mètre carré, selon le site Web du ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF).

RoundGoby

Photo: David Copplestone (MNRF)

Pourquoi les gens relâchent-ils leur poisson de compagnie dans la nature ?

D'après un biologiste du ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario (MRNF), l'une des raisons pour lesquelles les gens relâchent leurs animaux de compagnie dans les cours d'eau est qu'ils croient faire une bonne action, pensant que ces poissons vont rester en vie. Certains le font à grande échelle, comme en témoignent les dizaines de poissons rouges qui ont récemment été observés dans un étang forestier local à Dundas, en Ontario.

goldfish

Photo: Yvonne / The Weather Network

Une autre raison est simplement la commodité, car il est plus facile pour eux de jeter le poisson dans un étang ou un ruisseau à proximité de leur domicile, plutôt que de confier l'animal à un refuge par exemple.

Photo de vignette gracieusement fournie par Kabita Darlami/Unsplash.

VOUS AIMEREZ ÉGALEMENT : Un lac sera empoisonné pour protéger une espèce ?

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité