Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Si la chaleur traîne de la patte en mai, l’été sera...

vendredi, 7 mai 2021 à 19:54 - Les chaleurs marquées qui s'installent confortablement au mois de mai ou qui, au contraire, brillent par leur absence ont souvent une influence sur le ton du reste de la saison estivale.


Il est évident que l'été installe confortablement ses quartiers lorsque les températures se stabilisent autour des 23 °C, voire dépassent cette marque. Ces valeurs représentent les moyennes typiques de la saison estivale et ce, sur l'ensemble du territoire. Du moment où cette chaleur ambiante est présente sans discontinuité, il s'agit d'un signe qui ne ment pas.

À Montréal, ce mercure est généralement atteint autour du 11 juin. C'est une autre histoire dans l'est du Québec, qui doit généralement prendre son mal en patience jusqu'à la fin du mois de juin.

Ces chaleurs affirmées ont tendance à s'inviter de plus en plus tôt au fil des ans, particulièrement dans les régions à l'ouest. Ces dernières voient effectivement ce type de température six à sept jours plus tôt au cours de la période 1991-2020 qu'au cours de la moyenne climatique précédente (1961-1990).

mai 2021 ljba

En règle générale, deux scénarios distincts s'imposent en ce qui a trait à l'arrivée définitive des chaleurs estivales.

Dans le premier, les températures plus élevées s'invitent assez tôt dans l'aventure, et mai 2020 en est un exemple spectaculaire. La chaleur prononcée a installé ses quartiers autour du 20 mai pour ne plus les quitter par la suite. Il est également intéressant de mentionner que les étés hâtifs ont tendance à être rythmés par le beau temps.

mai 2021 ba

Dans le deuxième, le mercure estival se fait désirer. Deux exemples retiennent d'ailleurs l'attention : les cas de 2015 et de 2019. Les températures dignes de l'été ont finalement fait leur apparition autour du solstice dans la région de Montréal et vers le début du mois de juillet en Gaspésie, ce qui représente un retard d'une à deux semaines par rapport à la moyenne.

D'ailleurs, l'arrivée tardive de la saison estivale est souvent gage d'un été décevant. Il n’est pas certain que le temps perdu au début sera rattrapé à la fin...


À VOIR ÉGALEMENT : Chaleur : le Québec pourrait-il subir un bouleversement spectaculaire ?

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité