Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Septembre 2019 : le plus chaud depuis que l'on compile des données

vendredi, 18 octobre 2019 à 16:30 - Si on tient seulement compte de la température de surface des continents aujourd'hui, par rapport à celle de l'ère préindustrielle, la Terre s'est déjà réchauffée de plus de 1,5 °C. L'accord de Paris, signé par la très grande majorité des pays du monde, stipule qu'il faut limiter le réchauffement planétaire à 2 °C.


Septembre 2019 : Le plus chaud depuis que l’on compile des données

L’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) vient de publier son rapport mensuel sur les températures de surface de la Terre. En premier lieu, on ne s’étonne pas trop d’apprendre que septembre 2019 est le plus chaud mois de septembre depuis que l’on tient des relevés météo, ex aequo avec septembre 2015. Ce qui retient surtout l’attention, c’est qu’en septembre 2015, un des plus intenses phénomènes « El Niño » était en train de se bâtir. En présence de celui-ci, la température globale est toujours plus élevée que la moyenne. Ce qui est étonnant, c’est que nous ne sommes pas en situation « El Niño » et nous égalons le mois de septembre le plus chaud qui avait été précédemment enregistré pendant un cycle « El Niño ».

D’autres données qui choquent

L’Amérique du Nord a connu son mois de septembre le plus chaud depuis que l’on compile des données à l’échelle du continent. Septembre a été 1,72 °C plus chaud chez nous que la moyenne des températures de l’ère préindustrielle. Toujours par rapport à cette moyenne, septembre 2019 est le 43e septembre consécutif avec des températures plus élevées que cette moyenne et le 417e mois (presque 35 ans) consécutifs affichant la même anomalie.

Les neuf premiers mois de l’année se sont placés parmi les cinq mois les plus chauds individuellement, mais ensemble cette période de janvier à septembre est la deuxième plus chaude depuis que l’on enregistre des relevés, il y a 140 ans. La surface glacée de l’Arctique a aussi souffert de cette chaleur. En septembre, la banquise arctique a atteint sa deuxième plus basse superficie, ex aequo avec 2007 et 2016, soit plus de 32 % de moins que la moyenne enregistrée entre 1981 et 2010.

SOURCE: NOAA

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité