Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Saison des inondations : avril sera déterminant

lundi, 6 avril 2020 à 10:25 - Comme stipulé dans l'Aperçu du printemps, paru en février dernier, les risques d'inondations cette année sont moins présents qu'en 2019, bien qu'ils ne soient pas inexistants. Depuis la publication de cet article, le couvert de neige a beaucoup évolué. Alors que dans le sud-ouest, les quantités ont été revues à la baisse, ailleurs, elles demeurent très élevées.


Le mois de mars a été particulièrement riche en précipitations liquides, si bien qu'un record datant de 1948 a été fracassé dans la métropole. Au cours du mois, ce sont 115 millimètres de pluie qui se sont mêlés à la neige à Montréal. Au nord du Québec, il fut plutôt question de neige : par exemple, Sept-Îles a eu droit à plus du double de ses quantités de neige normales lors du mois. « Ça a gorgé d'eau la neige déjà présente au nord du Saint-Laurent. C'est une véritable bombe à retardement. Un autre phénomène qui joue en notre défaveur : le niveau du lac Ontario est plus haut que l'année dernière », explique Réjean Ouimet, présentateur et spécialiste à MétéoMédia.

Précipitations et douceur au rendez-vous

« Avec un mois d'avril qui s'annonce au-dessus des normales de saison au niveau des températures et plus de précipitations, il faudra surveiller la situation pour voir s'il y aura plusieurs systèmes consécutifs qui pourraient toucher le Québec et rendre la situation critique », énonce André Monette, chef de la météorologie à MétéoMédia. Il est actuellement prévu que les températures soient au-dessus des normales pour la majorité des secteurs lors de la première semaine du mois. L'anomalie la plus importante se trouverait dans le nord-ouest de la province, où le mercure pourrait dépasser de 5 °C les normales saisonnières. Quant au sud et au centre, des maximums avoisinant les 10 °C sont envisageables lors de cette période.

Avril 2019, un mauvais souvenir

On considère que le mois d'avril 2019 fut l'un des pires : la grisaille était omniprésente, la province a eu droit à une tempête de verglas et quelques centimètres de neige se sont accumulés. Mais le plus important à noter, c'est la poussée de chaleur subite qui s'est produite du 12 au 18 avril. Durant cette période, plus de 40 mm de pluie se sont accumulés du 19 au 20 avril, qui fut le coup de grâce au chapitre des inondations.

De plus, quatre records de froid avaient été battus aux quatre coins de la province et Montréal n'a franchi la barre des 20 °C à aucune reprise. Cette année semble vouloir se dérouler de façon diamétralement opposée...

Les inondations, ces désastres coûteux

Chaque année, la province se retrouve aux prises avec des inondations à l'arrivée du printemps. Selon le Bureau d'assurance du Canada (BAC), les crues printanières de 2017 ont engendré des coûts de 300 millions de dollars en dommages non-assurés, alors que les pertes assurées ont eu une facture de 100 millions. Selon l'Institut national de santé publique du Québec, 27 inondations ont été qualifiées de « catastrophiques » entre 1990 et 2010.

À VOIR ÉGALEMENT : Inondations et pandémie ne font pas bon ménage

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité