Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Saint-Valentin : bien choisir ses fleurs a un impact écologique

dimanche, 13 février 2022 à 02:12 - Chaque année pour la Saint-Valentin, des millions de roses importées de pays tropicaux sont vendues dans le monde, ce qui a un impact environnemental négatif. Heureusement, il existe des solutions locales pour faire un choix plus écologique.


Même si offrir des roses chaque 14 février semble un incontournable, il ne faut pas oublier que pour arriver sur l'étalage de nos fleuristes, beaucoup de ces fleurs sont importées de pays lointains comme le Kenya, l’Équateur ou la Colombie.

Des roses du bout monde qui entrainent de la pollution

À titre d'exemple, l'Australie a importé l'année dernière plus de 5,22 millions de tiges de roses entre le 1er et le 14 février (source : ABC News), principalement du Kenya, un pays régulièrement touché par les épisodes de sécheresse. Cultivées dans des serres géantes qui consomment énormément d'eau, ces roses sont ensuite transportées par avion-cargo réfrigéré et soumises à des traitements chimiques pour ne pas perdre leur fraîcheur durant le trajet. Dans ces conditions, leur commerce annuel est responsable d'un bilan carbone désastreux.

Privilégier les fleurs en pots produites au Québec

Dans la mesure où il existe une production florale sous serre au Québec, il est préférable d'offrir des variétés de fleurs annuelles et en pot, plutôt que des roses coupées qui durent moins longtemps. Le fait que des fleurs soient vendues dans un pot signifie qu'elles ont été cultivées au Canada, l'importation de terre étant prohibée au pays. Par exemple, les orchidées sont un excellent choix pour l'hiver, car leur floraison durera toute la saison. De plus, c'est une plante à l'entretien facile qui refleurira chaque année.

Une rose canadienne qui résiste au froid

Et si vous voulez vraiment offrir des roses en bouquet, il existe une variété nommée « Bouclier canadien », apparue il y a quelques années à l'occasion des célébrations du 150e anniversaire du Canada. Conçue par le Centre de recherche et d'innovation Vineland dans la vallée du Niagara, elle peut survivre dans des régions où la température descend en hiver jusqu'à - 40 degrés. Comportant de nombreux pétales d'un rouge soyeux, cette rose est aussi très résistante aux maladies.

À VOIR ÉGALEMENT : Un système costaud au Québec : plusieurs scénarios possibles

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité