Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Quatre faussetés sur les tiques démystifiées

mercredi, 21 avril 2021 à 11:35 - De nombreux mythes circulent sur les tiques et les maladies qu'elles transportent.


Shutterstock

Kirsten Crandall, McGill University

Des fleurs qui bourgeonnent, des oiseaux qui gazouillent et des rayons de soleil tant attendus : les premiers signes du printemps sont souvent accueillis avec de la joie. On se rend cependant vite compte qu’avec le temps chaud viennent les tiques.

Avec les changements climatiques, on prévoit que les maladies causées par les tiques vont se répandre davantage au Canada. Les tiques infectées sont transportées par différentes espèces d’hôtes qui s’étendent désormais vers le nord. Par exemple, les souris à pattes blanches, un hôte important des tiques, déplacent de 15 kilomètres par année leur aire de répartition vers le nord.

Pour les chercheurs comme moi qui étudient les tiques, le printemps représente le début du travail de terrain. Nous visitons différents emplacements à la recherche de nos amis suceurs de sang. C’est aussi l’occasion de parler des tiques avec des personnes qui profitent du plein air.

Femelle adulte tique à pattes noires, femelle adulte de tique d’oiseau, larve de tique du lapin et femelle adulte de tique du chien prises sous un microscope à dissection

Espèces de tiques communes au Canada. De gauche à droite : tique à pattes noires (Ixodes scapularis), tique d’oiseau (Ixodes auritulus), tique du lapin (Haemaphysalis leporispalustris) et tique du chien (Dermacentor variabilis).

Grâce à ces interactions, j’ai commencé à réaliser la présence accrue de tiques au Canada était source d’anxiété et combien de mythes circulent sur les tiques. Voici quelques-uns des plus courants que je souhaite démystifier :

Faux : les tiques ne sont actives que de manière saisonnière dans les forêts

Plusieurs pensent que les tiques ne peuvent survivre que dans les forêts du printemps à l’automne, mais ce n’est plus vrai.

Avec l’expansion de l’aire de répartition de leurs hôtes, les tiques apparaissent en plus grand nombre près des centres urbains comme Toronto et Montréal. On trouve même des tiques dans les cours et les jardins en raison de la reproduction annuelle des populations avoisinantes. Malheureusement, certaines de ces tiques ont également été testées positives pour Borrelia burgdorferi, la bactérie qui cause la maladie de Lyme.

Par ailleurs, les tiques recherchent leur prochain repas lorsque les températures sont au-dessus de 4 °C. Pendant l’hiver, on pense que les tiques sont inactives ou mortes à cause du froid. Cependant, si les températures dépassent le point de congélation pendant plusieurs jours, les tiques peuvent sortir de leur état d’hibernation, mettant ainsi en danger nos animaux domestiques et nous-mêmes.

Faux : les tiques peuvent sauter

Comment les tiques se retrouvent-elles sur les humains ? Plusieurs personnes décrivent des tiques qui leur sautent dessus du haut des arbres. Mais les tiques ne peuvent pas sauter. Elles restent patiemment sur la végétation au sol ou rampent, détectant le dioxyde de carbone et la chaleur de leur hôte.

Faux : enlever les tiques avec des produits ménagers ou en pressant les doigts

Fait : les tiques non douloureuses doivent être retirées avec des pinces à pointes fines.

L’été dernier, après avoir passé du temps en plein air, j’ai inspecté chaque partie de mon corps à la recherche de tiques, en particulier dans les crevasses et là où il y a des poils. À ma grande horreur, j’ai trouvé une tique. J’étais étonnée de ne pas avoir ressenti sa morsure. Mais vous ne la ressentirez probablement pas vous non plus.

Les tiques ont développé un outil essentiel pour s’attacher discrètement à leur hôte : leur salive. Nous ne réagissons pas à leurs morsures parce que les tiques font en sorte que nous ne sachions pas qu’elles sont là. Leur salive contient de multiples composants qui trompent notre corps en bloquant la douleur et les démangeaisons, ainsi qu’en arrêtant nos réponses immunitaires défensives.

Lorsqu’une tique est attachée, il faut l’enlever rapidement. J’ai entendu parler de nombreuses méthodes pour enlever les tiques, notamment avec des allumettes, différents produits ménagers (par exemple, les huiles essentielles, la vaseline, le savon ou l’alcool à friction) ou de presser avec les doigts. Vous êtes plus susceptible de contracter une maladie en utilisant ces méthodes, car une tique peut régurgiter son Contenu, comme des bactéries et des virus, dans votre corps avant de mourir.

Infographique sur la façon de retirer une tique avec des pinces près de la tête d’une tique. Une flèche est dirigée vers le haut à partir de l’arrière de la tique

Comment retirer correctement une tique attachée. Commencer par localiser la tête de la tique près de la peau à l’aide des pinces à pointes fines. Ensuite, tirez la tique vers le haut avec une force régulière. Pixabay

Les pinces à pointes fines sont le seul moyen efficace et sûr de retirer une tique. Utilisez les pinces pour saisir la tête près de la peau et soulevez en exerçant une pression régulière. Des parties de la tête ou de la bouche de la tique peuvent rester attachées, mais elles ne peuvent plus transmettre de maladie.

Faux : toutes les tiques sont infectées par la maladie de Lyme

Plusieurs paniquent en pensant qu’ils seront immédiatement infectés par la maladie de Lyme s’ils sont mordus par une tique. Au Canada, certaines tiques peuvent ne pas être infectées du tout, tandis que d’autres peuvent être porteuses d’une variété de maladies moins répandues que la maladie de Lyme, qui est la plus courante.

Par exemple, les tiques à pattes noires peuvent également transmettre la babésiose et le virus de Powassan. Les tiques du chien sont des porteurs bien connus de la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses et de la tularémie. Les deux types de tiques peuvent également transmettre l’anaplasmose et l’ehrlichiose.

Une éruption cutanée en forme concentrique sur le bras d’une femme

L’éruption cutanée en forme concentrique typiquement associée à la maladie de Lyme n’apparaît pas dans tous les cas. (CDC/James Gathany)

Si une tique est infectée, le temps nécessaire pour que la maladie soit transmise varie. En général, la maladie de Lyme nécessite plus de 24 heures pour se transmettre, mais des études ont montré que cela pouvait se produire en moins de 16 heures. Certaines maladies, comme le virus de Powassan, se transmettent très rapidement, en moins de 15 minutes.

La maladie de Lyme provoque une éruption cutanée de forme concentrique chez environ 70 à 80 % des personnes infectées. D’autres variations de l’éruption cutanée peuvent inclure des ampoules sur la peau, des lésions uniformes ou croûteuses, parfois de couleur bleu-violet. Lorsque la bactérie se propage dans le sang, ces éruptions cutanées peuvent apparaître dans d’autres parties du corps loin du site de la morsure.

Mais le moyen le plus sûr de détecter la présente d’une contamination consiste à vérifier la présence de plusieurs symptômes précoces après une morsure de tique. Des symptômes tels que la fièvre, les douleurs articulaires, les douleurs musculaires et les maux de tête commencent généralement à apparaître entre trois et 30 jours après une morsure.

Comment prévenir

Si une tique est demeurée attachée pendant plus de 24 heures, une visite chez le médecin est recommandée, en particulier dans les régions à haut risque de maladie de Lyme. Les personnes traitées préventivement avec des antibiotiques appropriés ou après le début des symptômes de la maladie se rétablissent généralement rapidement et complètement.

Les morsures des tiques peuvent être inquiétantes, mais attention à ne pas paniquer. La prévention reste la meilleure protection contre les tiques. Les répulsifs pour insectes comme le DEET ou le Natrapel, les chemises à manches longues, les pantalons et les examens corporels, tant sur nos animaux domestiques que pour nous-mêmes, peuvent aider à empêcher l’exposition aux tiques tout en nous permettant de profiter du plein air.La Conversation

Kirsten Crandall, Ph.D. Cotutelle candidate, Department of Biology, McGill University

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation.

À VOIR ÉGALEMENT : 5 trucs contre les tiques !

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité