Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

La première semaine d'août a été une exception

mercredi, 12 août 2020 à 20:14 - La première semaine d'août a été si pluvieuse qu'elle a permis à certaines municipalités d'atteindre leur moyenne mensuelle en à peine sept jours. Dans un été globalement très sec, on peut dire que ce fut l'exception qui a confirmé la règle...


Le début du mois d’août a été très pluvieux sur l’ensemble de la province, et c'est grâce aux sept premiers jours du mois. C’est principalement dû à deux phénomènes distincts : de fortes averses les 2 et 3 août, puis le passage de la tempête tropicale Isaias qui a balayé la province entre les 4 et 5 août.

Quelques villes ont enregistré l’équivalent d’un mois typique de précipitations en moins d’une semaine. C’est notamment le cas pour Roberval, qui a reçu toute sa pluie moyenne du mois... en deux jours. 60 millimètres de plus que la normale sont d'ailleurs tombés au cours des deux autres journées qui ont suivi, faisant de cette ville du Lac-Saint-Jean une des plus gâtées. Trois-Rivières a, elle aussi, dépassé sa moyenne mensuelle, et c'est principalement grâce à la pluie tombée au cours de la première semaine d'août. Les orages violents de mardi dernier ont aussi fait grimper les quantités d'eau reçues. Près de 30 millimètres d'eau sont tombés au cours des perturbations orageuses, sur cette même ville.

PLUIE RECUE

Les vestiges de la tempête tropicale Isaias ont également laissé près de 120 millimètres de pluie dans les montagnes de Charlevoix.

Ce n'est d'ailleurs pas le seul mois d'août particulièrement pluvieux qu'a connu le Québec. Lors de l’été 2011, Montréal, Saguenay et Roberval ont battu des records de pluie totale avec respectivement 224,8 mm, 245,2 mm et 291,4 mm.

Un interlude mouillé... et unique

Ce qui est particulier, dans ce cas-ci, c'est que l'essentiel des précipitations est tombé pendant la première semaine du mois d'août uniquement.

Rappelons que l'été se déroule jusqu'à présent sous un régime de sécheresse. Les mois de mai, de juin et de juillet ont effectivement enregistré des quantités de précipitations inférieures à la moyenne mensuelle.

Tout indique qu'après le bref interlude mouillé du début août, le Québec retournera progressivement vers un régime sec. Un anticyclone fermement campé sur la Belle Province permettra effectivement au soleil de reprendre ses droits. Au cours de la prochaine semaine, par exemple, certaines villes pourraient enregistrer le maximum d'heures d'ensoleillement possible à cette période de l'année.

14J 2 (1)

Les deux prochaines semaines suivront essentiellement le même patron météorologique. S'il est possible que certains systèmes se fraient un chemin vers la province, ce ne serait pas suffisant pour renverser la tendance sèche.

Risque d'incendie à la hausse

Le beau temps traîne avec lui un risque de feux de forêt, qui pourrait reprendre du galon au cours des prochains jours.

14J 4 (3)

La saison des incendies est particulièrement active. Jusqu'à présent, le Québec a enregistré pas moins de 609 feux depuis le début de l'année 2020, ce qui représente presque le double de la moyenne des dix dernières années à pareille date (qui se chiffre à 382).

Une telle quantité d'incendies a affecté presque le double de la superficie brûlée, en moyenne, par année. En effet, on parle de plus de 60 000 hectares qui sont partis en fumée, comparativement à une moyenne de 35 000 au cours des dix dernières années, à pareille date.

Alors que l'été météorologique prend fin au début septembre, tout porte à croire pour le moment que le Québec aura eu droit à une saison estivale sous le signe de la sécheresse.


À VOIR ÉGALEMENT : Les raisons d'aimer août, les voici

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité