Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

L’hémisphère Sud possède un climat plus stable

mardi, 2 juin 2020 à 09:23 - Dans ma recherche pour trouver deux villes situées à la même latitude, mais qui ont des climats bien différents dans l’hémisphère Sud, j’ai remarqué que les grandes villes de cet hémisphère, situées à une même latitude possédaient un climat assez semblable. Prenez une carte du monde, en comparant les deux hémisphères, on remarque que l’hémisphère Nord est composé de plus de terre que d’eau et que pour l’hémisphère Sud, c’est le contraire.

Différence importante

L’eau varie plus lentement en température que l’air. Un bel exemple est celui des casseroles sur une cuisinière. Prenez deux casseroles, l’une remplie d’eau et l’autre vide, ou si vous préférez, pleine d’air. Si vous posez les deux casseroles sur les ronds de la cuisinière à la force maximale, il faudra beaucoup plus de temps pour que vous vous brûliez dans celle qui contient l’eau, car elle se réchauffe beaucoup plus lentement, que celle qui ne contient que de l’air. Même chose dans l’autre sens, si vous attendez que l’eau boue et que vous retirez les deux casseroles des ronds, il sera possible de mettre votre main, sans vous brûlez, plus rapidement dans la casserole qui contient l’air.

Parce que l’eau varie plus lentement en température, on note moins d’écart de température pour une agglomération qui serait située au bord d’un plan d’eau. Évidemment, il faut que celui-ci soit quand même de bonne taille. Les grands lacs et les océans offrent ce genre de conditions, ce qui n’est pas le cas aux abords du lac aux castors sur le Mont-Royal, puisqu’il est vraiment trop petit. Beaucoup de grandes villes du monde ont été fondées lorsque l’Homme explorait la planète en bateau. Il est donc normal qu’il ait installé les bases de ses colonies au bord de la mer.

Esquel vs Wellington

Aux fins de mon analyse, j’ai donc choisi de comparer une ville près de l’eau et une ville loin de celle-ci. Wellington, grande agglomération de la Nouvelle-Zélande, est entourée par l’océan Pacifique. Son climat est tempéré maritime. Les écarts de températures y sont moins brusques. Le maximum moyen pendant février est de 21 °C, tandis qu’en juillet, son mois le plus froid, le maximum moyen est de 12 °C. Entre les mois les plus chauds et ceux les plus froids, l’écart est de 9 °C. Il est extrêmement rare que le mercure dépasse 25 °C ou soit inférieur à 5 °C.

Esquel est une ville de 34 000 habitants située, comme Wellington, à 41° de latitude sud. Elle est juchée à plus de 560 mètres d’altitude, au contrefort des Andes en Argentine. Son climat est continental humide. Sa position à l'intérieur du continent permet une plus grande amplitude de températures qu’à Wellington. En février, le maximum moyen est de 22 °C et en juillet, cette valeur est de 6 °C, un écart de 16 °C. Cet écart est plus grand que celui de Wellington parce que la ville d’Esquel est loin de l’Atlantique et est protégée de l’influx océanique du Pacifique par la cordillère des Andes.

C’est aussi bien différent du point de vue des précipitations annuelles. Esquel bénéficie de sa position sur le côté est de la chaîne de montagnes. Les systèmes en provenance du Pacifique se vident sur le flanc ouest de la cordillère. Il reste bien moins d’humidité disponible une fois que le système passe de l’autre côté. Cette situation est semblable chez nous. Le versant ouest des Rocheuses reçoit beaucoup plus de pluie que le côté est où se situe Calgary. En moyenne, Esquel comptabilise 462 mm de pluie par an, tandis que Wellington est annuellement arrosé par 1250 mm en moyenne. L’altitude y étant pour quelque chose, Esquel connaît en moyenne douze jours de neige par an, tandis qu’il neige très rarement à Wellington à cause de la proximité de l’océan.

Au chapitre des vents, on note aussi une différence. Wellington est une ville où les vents sont toujours présents puisque il n’y a pas de friction terrestre pour ralentir les mouvements d’air qui proviennent toujours du large. Esquel, situé au bas d’une importante chaîne de montagnes connaît chaque année des épisodes de vent chaud appelé : foehn. Au Canada, le foehn est appelé Chinook, ce qui veut dire en amérindien “mange neige”. En effet, lorsque ces vents soufflent, la température monte rapidement faisant fondre la neige en hiver.

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité