Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Les signaux sont là : l’été serait chaud et humide. Analyse préliminaire ici.

jeudi, 2 avril 2020 à 19:12 - Selon l’analyse de nos experts météorologues, les signaux atmosphériques actuels pointent vers un été chaud et humide, à l’instar de l’été 2018. Voyez l’analyse préliminaire de MétéoMédia.

Contrairement aux prévisions à court terme qui analysent les comportements actuels de l’atmosphère (les températures, le vent, les précipitations), les prévisions à long terme s’appuient sur les tendances atmosphériques issues des comportements océaniques. À l’heure actuelle, trois comportements océaniques suggèrent aux experts de MétéoMédia que l’été 2020 sera chaud et humide, particulièrement pour les secteurs de la moitié sud du Québec.

SneakPeak1

El Niño ou La Niña ?

Au niveau de l’équateur, dans l’océan Pacifique, les climatologues peuvent constater des anomalies d’eau chaude ou d’eau froide. Ces phénomènes s’appellent respectivement El Niño et La Niña. Ils ont une influence sur l’allure des saisons en Amérique du Nord notamment, et sur la formation des ouragans dans les océans Pacifique et Atlantique Nord.

SneakPeak2

Cette année, l’anomalie de températures des eaux est neutre (c’est-à-dire près des températures normales), avec une légère tendance vers El Niño, mais « selon les prévisions, l’anomalie pourrait devenir négative prochainement et se changer en La Niña ». Ce faisant, ce facteur n’aurait pas beaucoup d’impacts sur l’été québécois, mais plutôt sur les risques de formation d’ouragans.

SneakPeak3

Anomalie froide dans l'Atlantique

« S’il n’y a pas d’El Niño, l’allure de l’été se jouera du côté de l’Atlantique, où une anomalie d’eau froide est présente dans le nord de l’océan », explique M. Monette, chef météorologue à MétéoMédia.

Cette anomalie d’eau froide provoquera un blocage atmosphérique, qui rapprochera vers les côtes l’anticyclone des Bermudes. Cette zone de haute pression tourne dans le sens horaire et est présente de façon semi-permanente dans l’océan Atlantique. L’été, elle s’approche de la côte est des États-Unis pour s’installer près des Bermudes (d’où son appellation).

« Avec le blocage atmosphérique provoqué par l’anomalie d’eau froide dans le nord de l’Atlantique, l’anticyclone des Bermudes sera un peu plus précipité vers l’est des États-Unis et fera remonter la chaleur et l’humidité du sud vers le Québec », annonce André Monette.

SneakPeak4

Golfe du Mexique très (très) chaud

« Non seulement l’anticyclone des Bermudes sera plus près du continent, mais le sud des États-Unis sera plus chaud que la normale », déclare le chef du service de météorologie à MétéoMédia.

À l’heure actuelle, les températures du golfe du Mexique sont 2 °C à 4 °C plus chauds qu’à leur normale. Le golfe est, par endroits, déjà à 26 °C, soit l’un des facteurs pour la formation d’ouragans. « Si l’océan est chaud, l’atmosphère l’est également », précise notre expert, ajoutant que « beaucoup d’humidité s’en dégage ».

Si ces facteurs climatiques ne changent pas au cours des prochaines semaines, l’été québécois devrait donc être chaud et humide, à l’instar de 2018. À noter toutefois que, comme n’importe quelle prévision à long terme, ces prévisions peuvent être appelées à évoluer, en fonction de l’apparition ou de la disparition des signaux précédemment cités. L’Aperçu officiel de l’été sera publié le 1er juin 2020.

À voir également : des tornades destructrices aux États-Unis

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité