Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Les raisons d'aimer (ou de détester) décembre

jeudi, 24 novembre 2022 à 11:00 - Qu’on aime ou qu’on déteste décembre, c'est pour les mêmes raisons. Analyse.


Comme pour tout, il s’agit d’une question de point de vue. Pour les météorologues et autres amateurs de météo, décembre est un mois surprenant et riche en émotions. Pour ceux qui aiment un peu moins l’hiver par contre, c’est souvent le début d’une série de déceptions.

Des températures insaisissables

Soixante-neuf degrés séparent la plus haute et la plus basse température jamais observée en décembre au Québec depuis le début des années 2000. Il s'agit de 21 °C en 2015 et -48 °C en 2004. Le terrain de jeu est immense entre ses deux extrêmes et nous assure de toujours être surpris. Décembre est aussi synonyme des premiers coups de froid. On parle ici des températures typiques du cœur de l’hiver qui se situent aux alentours de -15 degrés. DEC1

C’est encore en décembre qu’on rencontre les premiers froids mordants de l’hiver. Les redoutés -20 à -30 degrés.

DEC2

Finalement, décembre c’est aussi des redoux qui nous prennent par surprise. Depuis 2010, leur nombre semble même augmenter. Plusieurs journées consécutives ont eu des températures au-dessus de 0 et jusqu’à 5 (voire 10!) degrés. En 2015, on a même vécu une veille de Noël à 20 °C.

La neige dans tous ses états

Alors que le mois de novembre est souvent encore hésitant entre la pluie et la neige, décembre lui, tranche. On y reçoit la première vraie neige, celle qui dessine le paysage et lance officiellement la saison hivernale.

On peut dire que c’est le mois des « premières » : premières vraies neiges, premières tempêtes… décembre lance les hostilités pour l’hiver.

Pourtant rien n’est jamais vraiment acquis et l'éternelle question du temps des fêtes reste en suspens : de quelle couleur sera Noël, vert ou blanc?

DEC3

Un mois de bordées

En décembre, 79 bordées de neige ont sévi depuis 2000 au Québec (à un endroit ou l’autre), et le rythme s'accélère. Depuis 2010, on compte en moyenne 6 bordées au cours du mois sur l’ensemble du territoire de la province.

Les plus grosses tempêtes enregistrées ont eu lieu en décembre : le 27 décembre 2012 et du 26 au 28 décembre 1969.

DEC4

Décembre se réchauffe

Pour ceux que décembre et l’hiver désolent, voici un prix de consolation : décembre se réchauffe. Si l’on compare les deux dernières longues périodes de 30 ans, soit des années 1960 à 1990 contre les 30 dernières années, à Montréal, il y a eu un gain de 2,3 degrés au niveau des moyennes mensuelles. Mais cela laisse encore de la place aux conditions d’hiver qui nous font à la fois aimer et haïr décembre.

Avec la collaboration de Réjean Ouimet, météorologue


À VOIR ÉGALEMENT : De -61 à 5 degrés : deux réalités au pays

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité