Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Un phénomène pourrait changer complètement le cours de l’hiver

mercredi, 27 novembre 2019 à 15:33 - Une intense vague de froid touche une partie de la Russie où sont enregistrées les températures les plus froides de l’hémisphère Nord depuis le début de semaine. En effet, un réchauffement stratosphérique mineur a lieu en ce moment et cause un déplacement du vortex polaire entraînant des extrêmes de températures. Si celui-ci venait à se diviser au cours des mois les plus froids, cela pourrait avoir des conséquences plus importantes et même jusqu’au Québec. Plus de détails ici.

Une intense vague de froid touche une partie de la Russie depuis plus de trois jours. Le mercure a chuté sous les -50° dans le nord-est du continent. La station de Verhojansk a même rapporté une température de -54° mardi 26 novembre au matin. On parle de température de près de 15° à 25° sous les normales. Ces températures anormalement froides pourraient durer encore pour les prochains jours.

ANNESO1

À l’inverse, du côté du Canada, les températures les plus froides restent saisonnières ou au-dessus des normales surtout dans l’ouest du continent.

ANNESO 6

Ce contraste de patron météo est du a causé par une perturbation du vortex polaire. En effet, un réchauffement stratosphérique mineur a lieu en ce moment et a pour effet de déplacer le vortex polaire hors de son axe. Lorsque ce dernier est majeur, le vortex polaire peut alors se scinder et apporter des conditions hivernales extrêmes de part et d’autre du pôle, c’est-à-dire du côté de l’Eurasie ou encore en Amérique du Nord, dont au Québec. Cette situation est envisagée par certains modèles météorologiques pour la fin du mois de décembre et sera à surveiller.

ANNESO 2

Rappelons que le vortex polaire est une zone de basse pression au-dessus du pôle Nord que l’on retrouve dans la stratosphère (une couche de l’atmosphère au-dessus de la troposphère, située de 10 à 50+ km au-dessus du sol). Il est caractérisé par de forts vents tourbillonnants d’ouest en est au-dessus de l’Arctique et contient une importante masse d’air froid.

ANNESO 8

Une augmentation soudaine des températures stratosphériques de plusieurs degrés, appelée réchauffement stratosphérique, peut alors faire faiblir le vortex polaire et apporter des conditions hivernales extrêmes. En effet, cela causerait un ralentissement des vents du vortex et le diviserait permettant à l’air froid de descendre à des latitudes plus basses. Pire encore, il favoriserait un scénario de blocage au niveau du Groenland qui pourrait mener à une longue période de froid au Québec.

ANNESO 3

Cependant, lorsque ce phénomène est mineur, comme le cas présent, c’est-à-dire qu’on parle d’une élévation des températures de près de 25°, le vortex n’est alors pas divisé, mais déplacé. Des conséquences qui sont moins frappantes que lorsque ce dernier est majeur et que l’on parle d’une augmentation de plus de 50° dans la stratosphère.

ANNESO 11

Attention toutefois, le comportement du vortex polaire est encore difficile à prédire et ses effets ne se feront pas sentir instantanément, mais plutôt sur une longue période pouvant ainsi changer notre saison hivernale au complet et même le début du printemps. Si cela se produit, l’Amérique du Nord ne sera pas la seule victime, mais l’Eurasie le sera aussi.

ANNESO 45

Un tel changement du vortex avait été observé en février 2018. Une vague de froid avait touché l’Europe en mars et une succession de tempêtes côtières avait affecté l’est des États-Unis et du Québec, mais aussi les Maritimes. Le froid avait persisté par la suite jusqu’en avril au Québec.

À VOIR ÉGALEMENT : Une grosse dépression, d'un océan à un autre !

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité