Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Le Québec, un endroit propice aux glissements de terrain

lundi, 25 juillet 2022 à 24:00 - Plusieurs secteurs du Québec sont des terreaux fertiles pour les glissements de terrain en raison de la présence d’un sol argileux très particulier, provenant du mouvement des glaciers.

Un sol plus sensible

Le sol du Québec contient du sel de mer, indique Ali Saeidi, professeur en géotechnique à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il ajoute que lorsque l’eau de mer est lessivée, le sol devient plus sensible.

À La Baie, on retrouve un sol argileux sensible d’une grande épaisseur, ce qui explique le glissement de terrain de juin dernier.

M. Saeidi souligne toutefois que ce n’est pas seulement au Saguenay que de tels événements peuvent se produire.

« Partout au Québec, on a ce risque à certains endroits », affirme-t-il.

Les glissements de terrain surviennent plus fréquemment qu’on le croit dans la province. Le gouvernement en recense près d’une centaine par an.

La neige et la pluie en cause

Mis à part le type de sol et la configuration du talus, la météo joue aussi un rôle dans le déclenchement de ce phénomène. Notamment, les risques sont accrus si la neige est abondante durant l’hiver et si le printemps est pluvieux.

« L’eau est un facteur important, c’est pourquoi la majorité des glissements se produisent à peu près au printemps et au début de l’été », affirme M. Saeidi. La neige accumulée durant l’hiver, jumelée à un printemps très pluvieux, fait en sorte qu’une bonne quantité d’eau va pénétrer dans le sol et faire augmenter la nappe phréatique. »

L’érosion est un autre facteur aggravant.

Les signes précurseurs d’un glissement de terrain

Un glissement de terrain n’arrive pas sans signes précurseurs.

« Par exemple, d'habitude en haut du talus, normalement il va y avoir certaines fissures. Dès qu’on voit ce type de fissures, on sait qu’un glissement pourrait se produire, donc on évacue le secteur », souligne M. Saeidi.

Au Québec, les nouvelles constructions sont interdites dans les zones propices aux glissements de terrain.

Un programme de surveillance des sols a été mis en place pour évacuer le plus rapidement possible les maisons construites dans les zones à risque avant le changement de réglementation.

À VOIR ÉGALEMENT : Le déluge du Saguenay : 250 mm d’eau en 48 heures

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité