Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

La pire anomalie de l'hémisphère Nord est au Canada

samedi, 2 juillet 2022 à 14:50 - Sous l'influence d'une exceptionnelle vague de chaleur, l'Arctique canadien est actuellement la plus importante anomalie chaude en Amérique du Nord.


Un blocage atmosphérique favorise la présence de chaleur dans cette région du monde, au point où les températures sont inhabituellement élevées. Des avertissements de chaleur sont d'ailleurs en vigueur pour les Territoires du Nord-Ouest et pour le Yukon.

Sa longévité est remarquable : tout dépendant des secteurs, on parle de huit à dix jours sous une chaleur cuisante. Il est possible que le présent épisode devienne le plus long jamais observé, notamment dans les municipalités d'Inuvik (Territoires du Nord-Ouest) et d'Old Crow (Yukon).

ARCTIQUE1


Fait particulier : il fera aussi chaud à Windsor, dans le sud de l'Ontario, qu'à Inuvik, qui se situe près du cercle arctique.


Un mercure surpassant les 30 °C est même possible à certains endroits : Norman Wells, dans les Territoires du Nord-Ouest, fait partie du nombre. Des anomalies assez impressionnantes sont également sur les radars : les températures pourraient même excéder les normales saisonnières de près de 15 °C dans quelques secteurs. Pour les cinq prochains jours, on parle d'une moyenne de huit à neuf degrés au-delà des normales.

ARCTIQUE2

Les températures nocturnes ne devraient pas descendre sous la barre des 20 °C, ce qui ajoute une couche d'exceptionnel à cette vague de chaleur déjà hors du commun. C'est effectivement hautement inhabituel pour le nord du pays.

Sécheresse et incendies

La chaleur a d'ailleurs un effet collatéral : une sécheresse répandue. De nombreux incendies font actuellement rage dans le nord du Canada, forçant le déploiement de plusieurs pompiers. Des routes ont dû être fermées en raison de la présence de débris, et des problèmes de visibilité sont aussi à noter. Les conditions anormalement sèches devraient persister encore quelques jours, augmentant le risque d'incendies.

Ce contexte atmosphérique inusité devrait étirer sa visite jusqu'à la semaine prochaine, moment où la crête pourrait migrer vers l'est. Les Prairies canadiennes devraient être les prochaines sur la liste.


À VOIR ÉGALEMENT : La tempête tropicale Bonnie fera des siennes de l'Atlantique au Pacifique

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité